Retour : PGI et ERP


PGI et ERP


(Url : //phortail.org/webntic/PGI-et-ERP.html)
Mise en ligne : 27 mars 2003

De l’organisation - les PGI

Les Progiciels de Gestion Intégrée

Les progiciels de gestion intégrée (ou les ERP) sont aujourd’hui l’épine dorsale du système d’information de toute grande entreprise et d’un nombre croissant de PME. Tout comme l’Intranet et l’Extranet, c’est un sujet "en vogue" dans ces entreprises. C’est un symbole de "modernisation" et de progrès.

Mais notre expérience nous montre qu’en effet, comme l’Intranet et l’Extranet, c’est un sujet mal maîtrisé en termes de "business" et de "management". Peu de gens ont compris ce qu’est un progiciel de gestion et à quoi ça sert. Pour ne pas dire que beaucoup ne se posent même pas de questions telles que :

"A quel besoin de gestion et de management répond un PGI ?"
"Quel avantage compétitif peut apporter un PGI pour mon Business ?"

PGI et réduction des coûts informatiques

De nombreuses directions d’entreprises et de nombreux informaticiens considèrent les PGI comme un système d’information "préfabriqué" qui, en évitant les développements spécifiques et en réduisant l’hétérogénéité des environnements, peut réduire les coûts informatiques. Et ils sont intéressés pour le mettre en œuvre vite et pas cher.
Quelle erreur ! La mise en œuvre d’un PGI coûte généralement cher. Un prix élevé qui trouve par contre toute sa justification si la mise en œuvre d’un PGI est accompagnée d’une démarche stratégie et organisation visant à mieux satisfaire les clients. Un PGI n’est pas seulement une solution pour réduire les coûts, mais une solution pour survivre et améliorer sa performance globale (qualité, délais, coûts). Ce sont les gains de qualité et de délais, essentiels pour survivre en affaires aujourd’hui, qui sont la vraie valeur ajoutée apportée par un PGI.

ERP ou PGI ?
Il ne s’agit pas ici de s’inscrire dans les "orientations" de l’Académie Française concernant les anglicismes.

Il s’agit du fait que entre la dénomination française et celle anglo-saxonne il y a une différence de sens et, selon notre opinion, PGI et un concept plus large que ERP, répondant mieux au contexte actuel.

La dénomination anglo-saxonne "ERP" (Enterprise Ressources Planning) signifie "planification des ressources de l’entreprise". Historiquement c’est la continuité de MRP et DRP, démarches de gestion de la production et respectivement de la distribution.
Le MRP est un concept de gestion de production mis au point aux Etats-Unis dans les années 1965 et signifiait au départ : Materials Requirements Planning (MRP-0). Il concernait la planification des composants via une nomenclature.
Cependant l’évolution du concept au fil des années a poussé les promoteurs de cette méthode à faire évoluer son nom pour l’appeler Manufacturing Resources Planning (MRP-1 et MRP-2).

  • MRP-1 concerne la planification de besoins en composants réalisée en boucle fermée avec notion de priorité.
  • MRP-2, le plus utilisé et le plus vaste, concerne la gestion globale de la production, du Plan Industriel et Commercial au suivi de production.

Le DRP, Distribution Requirement Planning, est un concept similaire pour la gestion de la distribution. Les besoins bruts sont déterminés à partir de la prévision de la demande (prévisions, objectifs, simulation, prévisions commerciales) et du carnet de commande.
La structuration récente de l’organisation des entreprise selon la chaîne logistique intégrée (distribution, production, approvisionnement) et selon les flux tirés par le client a conduit à étendre les concepts de MRP et DRP, au niveau de toute l’entreprise même pour les métiers administratifs comme la comptabilité et les ressources humaines, en ERP.
A retenir que "P" signifie planification et la planification et possible seulement dans un monde stable.

La dénomination française "PGI" - "progiciel de gestion intégrée" signifie qu’il s’agit d’un logiciel qui sert à la "gestion intégrée" de l’entreprise. La "gestion intégrée" contient cette problématique de l’intégration des flux des différents métiers et de planification. Mais elle apporte en plus quelque chose d’essentiel. Elle prend en compte aussi les processus d’adaptation à cet environnement et l’innovation, c’est-à-dire la flexibilité. En termes de "business" et de "management", c’est cette flexibilité qui est recherchée aujourd’hui pour mieux satisfaire ses clients.

Naissance des PGI

Pourquoi les entreprises sont passées d’un système d’information ayant différents logiciels pour le MRP, DRP, comptabilité, ressources humaines vers le tout intégré ? Pourquoi sont apparus les PGI ?

Pour une raison toute simple, parce que le modèle d’organisation des entreprises à changé de l’organisation verticale par fonctions (commercial, production, recherche - développement, comptabilité - finances, ressources humaines) à l’organisation horizontale par processus (chaîne logistique et flux transversaux en parcourant plusieurs fonctions) orientée Client. Ce nouveau modèle suppose l’intégration de principaux processus de l’entreprise pour mieux servir le Client.

Et comment on réalise l’intégration des processus de l’entreprise ? Vous connaissez bien sûr la réponse : avec un Pogiciel de Gestion Intégrée et avec un Intranet / Extranet.

Et pourquoi le modèle d’organisation a changé, pourquoi il est maintenant "orienté Client" ? Très simple aussi. Parce que l’environnement a changé. D’un monde tranquille, ayant seulement trois pôles économiques (Etats-Unis, Europe, Japon-Corée) on est passés à quelque chose de plus complexe où dans la compétition il y a aussi des "petits" comme la Chine, l’Inde, la Russie et une multitude de nouveaux entrants : les "Dragons Asiatiques", les pays de L’Europe de l’Est, les pays de l’Amérique Latine (comme le très dynamique Chili) et bien sûr les pays de l’Asie Centrale avec leurs fabuleuses réserves pétrolières. Ce n’est plus un quelque chose de petit et tranquille, c’est très vaste et chaotique. Il y a des concurrents partout, grand et petits, internationaux et locaux et les marchés sont devenus saturés. Le Client est devenu Roi, il peut choisir parmi une grande variété de produits et il est devenu très exigent.

Il y a 10-15 ans les choses étaient encore relativement simples. La demande était croissante selon des lois prévisibles et la problématique principale était de faire des économies d’échelle pour augmenter les marges contributives. Il fallait donc assurer un meilleur rendement pour chaque fonction de l’entreprise. Un système d’information existait pour chaque fonction et il répondait à des objectifs de rendement : des logiciels de MRP pour la production, des logiciels de DRP pour la distribution, des logiciels de comptabilité, des logiciels de ressources humaines,... La chaîne de la valeur était orientée vers l’amélioration des produits et l’optimisation des directions fonctionnelles.

Et bon, ça ne marche plus ! On peut vous donner plein d’exemples d’entreprises qui n’ont pas voulu comprendre et qui ont vu leur compte de résultats tomber au rouge (comme un grand constructeur d’automobiles et un grand constructeur d’équipements de télécommunications).

Monsieur LE ROI CLIENT est maintenant très exigent et, même pire, ces exigences sont en changement continu. Il ne veut pas seulement un prix bas, mais des délais plus courts et une meilleure qualité (ensemble de caractéristiques du produit qui le satisfassent). Et en plus, il faut innover fréquemment pour apporter au Client une qualité qu’il ne trouve pas ailleurs.

Pour répondre à ce défi, il faut véhiculer une information homogène et enrichie sur les clients sur chaque maillon de la chaîne informationnelle de la prise de la commande, à l’approvisionnement et à la production, il faut avoir un référentiel de données commun. Également, il faut maîtriser la valeur ajoutée rendue au Client. Cette valeur ajoutée est la somme de la valeur ajoutée crée sur les différentes processus (productifs, commerciaux ou administratifs). Et dans ce contexte, le progiciel de gestion intégrée est la solution, le support matériel, pour relier le réseau des processus. C’est par l’intérmédiaire du PGI qu’on assure le pilotage et la cohérence du réseau de processus.

C’est pour ces raisons, et non pas pour la réduction des coûts informatiques, que le système d’information d’entreprise évolue d’une multitude de systèmes informatiques indépendants (MRP, DRP, gestion, etc.) au progiciel de gestion intégrée.

Source : http://web.univ-paris12.fr/