Le triathlon de Londres à Paris: le premier français en 50h50

LONDRES PARIS: UN TRIATHLON D'ENVERGURE
Texte: Patrick Papougnot
Photographie: David Gisby



Le 25 juillet dernier, lorsque j'ai franchi la ligne d'arrivee de l'Ironman-Zurich, je ne pensais pas que mes 12 heures 34 de compétition représenteraient un effort relativement limité comparé à la demande physique et mentale qu'exige le triathlon de Londres à Paris. Novice en matière de distances extrêmes, je suis donc parti vers l'inconnu soutenu par une equipe qui a oeuvré sans faille pour faire aboutir mon projet. [Departure at Marble arch]
La date du depart, le 13 Aout, a été choisie en fonction de mon numéro de dossard de l'Ironman (1308).


Seuls, jusqu’alors deux athletes Britanniques ont parcouru presque en continu cette distance symbolique: Eddie Ette et Andy Mouncey. Pour ma part, n’étant pas un athlète de l’extrême, je me suis contenté d’assurer chaque étape du mieux que je pouvais: l’essentiel est d’évaluer en permanence son rythme de course et de l’adapter à ses capacités physiques en fonction de la distance à parcourir. J’ai aussi bénéficié d’une nourriture sélectionée, de massages efficaces [massage by the road] et d’un moral d’acier. J’ai récolté aussi 1600 livres sterling d’intentions de soutien ce qui m’a poussé à franchir la ligne d’arrivée coute que coute.





Le parcours de Londres a Douvres est diversifié. Certaines parties sont pittoresques. La sortie de Londres vers Greenwich est étonnante: on passe d’une zone polluée à un espace boisé presque idyllique. Le chemin dans la campagne entre Canterbury et Douvres quant à lui est diversifié et exigeant pour les mollets. La partie intermédiaire près de Gravesend est à traverser le plus rapidement possible tant l’ennui et l’industrialisation sont importants.
L’arrivée à Douvres sur le front de mer lors de la fete nautique nous a procuré un plaisir unique. Il y avait du monde pour nous accueillir et un bol de crevettes a grignoter [eating food at dover].






De Douvres, l’objectif suivant était de franchir la Manche à la nage dès que possible mais un temps instable qui dura une semaine ( le plus mauvais mois d’aout depuis 1912 parait-il…) et mes contraintes professionnelles nous ont obligé à prendre le ferry pour Calais puis de Wissant ce fut le départ des 3 étapes cyclistes [Cap gris nez]. Un ami triathlete du club de Deal en Angleterre décide de m’accompagner. Après avoir parcouru avec plaisir le cote d’opale, la nationale 1 reste la route la plus directe pour rejoindre Abbeville puis Amiens [Amiens]


Cette ville offre de nombreuses possibilités d’hébergement dont nous profitons au mieux. L’étape suivante sur la D1 nous conduit à Beauvais puis nous bifurquons vers l’Isle Adam ou nous restons en famille avant l’étape finale qui nous conduit aux portes de Paris en passant par Clichy. L’arrivée sur les Champs Elysées, nous comble de joie bien sur mais il reste encore la traversée de la Manche ce qui gache un peu notre plaisir, il faut bien l’avouer. Une équipe de l’Entente Cordiale nous recoit chaleureusement et nous prenons quelques clichés ambitieux [Arc de triomphe].




De retour à Douvres le soir même, nous recevons un message du pilote de l’escorteur en mer pour nous signaler l’imminence de notre départ. En fait, tout s’accelère et nous partons dans les deux jours suivants à 7 heures. Nous contactons toute l’équipe y compris cette fois l’entraineur de natation. Il a l’habitude de rester sur le pont sans bouger et d’observer le nageur en permanence pendant toute la traversée de la Manche. Il fume, boit, et parle sans arret. Un personnage hors normes!


Ma femme Sophie, qui a traversé la Manche en solo l’année précédente, nage avec moi pendant trois heures mais un sérieux mal de mer l’oblige à monter dans le bateau escorteur. Ce qui la rend encore plus malade… [patrick & sophie swimming together]


Je continue comme je peux luttant contre l’ennui et les petite douleurs qui apparaissent dans les epaules. Ma combinaison qui me protège bien du froid limite malgré tout l’ampleur de mes mouvements et commence à peser sur les bras. 13 heures passent rapidement avec une pause thé/barre de chocolat toutes les heures. Je m’apercoit que je fatigue car je commence à regarder ma montre toutes les demi heures. Sophie me rejoint pour deux petites heures. [stop for food/drink].

Les couleurs vives du coucher de soleil apportent une touche surréaliste à la situation de malaise dans laquelle je me trouve. Je vois les falaises françaises et pourtant j’ai l’impression de ne pas avancer. La marée a changé d’ailleurs comme le visage de mes équipiers . Le visage tendu, ils m’encouragent davantage et me poussent à nager plus vite. Je m’en inquiète et demande sans cesse confirmation de la distance qui reste à parcourir. Un jeu d’aveugle s’établit entre l’équipe du bateau qui certainement me ment pour m’aider et l’autre partie de moi-même qui en a assez. La nuit s’installe, et je me guide aux lumiêres du bateau. Ils me posent deux lampes sur le dos au cas ou j’aurais l’intention de prendre le large [patrick swimming in the dark] ...

Le réconfort vient quand le co-pilote met le bateau pneumatique à l’eau et grimpe dedans. Je lache d’un coup le bateau escorte pour le dinghy sous les applaudissements de l’équipe. Je donne alors tout ce qui me reste de force et d’énergie pour toucher enfin le sable de la plage entre les deux caps. Je ne vois rien. Mes doigts s’enfoncent soudain dans le sable, Je pose mes pieds, mes jambes flageollent et ne peuvent plus me porter même dans l’eau. Je nage jusqu’a ce que je rampe sur la plage avant de m’écrouler et de pleurer comme un enfant. Entre l’enfer et le paradis, dit-on, il y a l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette. J’ajouterais la Manche… [patrick in the dinghy]

















QUELQUES CHIFFRES:

DATE DEPARTURE TIME ARRIVAL TIME ELAPSED TIME
RUN
Fri 13 August 04 Marble Arch (Ldn) 10.10 am Rochester Cathedral 6.00 pm 7h50
Sat 14 August 04 Rochester Cathedral 10.20 am Canterbury Cathedral 4.28 pm 6h08
Sun 15 August 04 Canterbury Cathedral 10.35 am Dover Harbour 2.14 pm 3h39
TOTAL RUN 17H37
CYCLE
Sun 22 August 04 Wissant (colonne) 11.10 am Amiens Cathedral 7.38 pm 8h28
Mon 23 August 04 Amiens Cathedral 09.00 am L'Isle Adam Church 3.43 pm 6h43
Tues 24 August 04 L'Isle Adam 08.48 am Arc de triomphe (Prs) 11.33 am 2h45
TOTAL CYCLE 17H56
SWIM
Sat 28 August 04 Dover 6.42 am Near Calais 22.05 pm 15h17
TOTAL SWIM 15H17

TOTAL RACE 50h50

TOTAL HOURS from start to finish 349h55



Envoyé par patrick papougnot le 29/10/2004 à 19:31

Imprimer


Commentaires

triathlon londres paris

c'est plus que bluffant!! grand salut d'admiration

Envoyé par christian le 13/11/2004 à 18:54

Commentez cette nouvelle



Les autres actualités


Paris Brest Paris 2019

Trail des Pays de Monts

Capi raid Isle d'Abeau

Marathon de Montpellier

Triathlon Carcassonne