Vélo Cyclotourisme Marathon Triathlon Course à pied et Endurance

Portail Sport Endurance Running


Corriger une tendinite du genou


Retour d'une expérience personnelle, et non des moindres avec Paris-Brest-Paris et le Mille du Sud en enjeu.
PBP commence bien pour cette journée d'Aout 2016, sauf qu'au bout de 100 km le genou fait mal et finalement au bout de 300 km l'abandon est officiel (lire : Le Paris-Brest-Paris du sourire à la douleur).
Après une semaine de soins intensifs, la douleur semble avoir disparue, mais sans apporter de corrections au geste technique les conditions sont là pour que la tendinite récidive.
Et effectivement sur le périple Biarritz Marseille, la douleur revient. A noter la tendinite est réapparue dans la descente après la montée d'un col (Aubisque) et sur le plat pédaler se fait avec douleurs mais sans souffrances.
Ok la saison 2015 se termine. L'hiver durant se sera du repos avec reprise du vélo en Avril 2016.
Les premières sorties de la saison se passent bien et lentement : 80 km à 23 km de moyenne et sur du plat.
Rien de bien méchant. Puis une sortie avec des bosses, le samedi et de mauvaises sensations sur le genou. Le lendemain, nouvelle sortie, mais avec des anciennes chaussures (avec certainement un réglage des cales différent) et là pas de soucis.

Samedi suivant, nouvelle sortie sur le même parcours mais en appuyant un peu plus sur un jolie bosse. Et crac dans la descente le genou fait de nouveau mal. La tendinite est de nouveau là.
Dans la tête, tout va mal ... Il va falloir se reconstruire.

Corriger la tendinite

Les soirées sont passées sur le net, et sur You Tube avec comme d'habitude un œil critique et observateur.
Je suis bien conscient que la tendinite doit être corrigée et que mes tendons doivent être moins sollicités avec plus de force dans les quadriceps. Je tombe ainsi sur plusieurs vidéos de musculation, d'étirement autour du quadriceps, des ischios et qui se résument à travail et étirement dans l'axe.
J'analyse alors ma façon de pédaler, plutôt sur l'avant du pied et donc sollicitant bien le genou et décide de réviser la position de mes cales, vu que le changement de chaussures avait eu l'air d'apporter un mieux entre la sortie du samedi et celle du dimanche.
Deux axes durant la semaine avant la prochaine sortie :
- Corriger la position des cales pour être bien dans l'axe (ce n'était plus le cas),
- Musculation des quadriceps avec des squats sur le poids de corps et notamment sur une seule jambe, en insistant sur le travail dans l'axe (les deux pieds parallèles)
- Exercices d'étirement sur le genou et sur les ischios pour compenser la musculation des quadriceps.
Des progrès ont été faits dans la semaine puisque des exercices qui ne pouvaient être faits le lundi, ont pu être passés le vendredi (squats une jambe).

Tester le tendon

Après les progrès réalisés, je parts confiant pour ma sortie. Les premiers tours de roues se passent bien (après exercice d'échauffement du genou), mais je sais que c'est après une bosse que la douleur risque de réapparaitre.
En tout cas dans les premiers kilomètres, le nouveau réglage des pédales passe bien et les petites bosses également. Après une bonne heure, monter en danseuse se passe bien également.
Tenté par le diable, je grimpe du lourd sur le triple, du 9 %, puis du 11% et dans la descente c'est silence radio coté genoux. Cela fait 2h30 que je roule, je décide de faire demi tour avec un chemin qui sera plus court de 30 minutes.
Sur le plat dans les 20 derniers kilomètres, je ne résiste pas à l'envie de rouler plus vite avec une impression d'avoir de bonnes jambes.
Aucune douleur, aucune mauvaise sensation comme il y a quinze jours.
La cause de cette tendinite semble avoir été trouvée et les ascensions de bosses et de montées vont pouvoir le confirmer dans les prochaines sorties.

Ceci me fait dire que la majorité des blessures trouvent leur origine dans le geste, dans le réglage des pédales, des cales, la position sur le vélo et des éléments qui s'usent au fil du temps (cales comme pédales, comme chaussures). La tendinite n'est pas une fatalité, et c'est quelque part rassurant pour le cycliste comme le sportif en général.