Gestion de l'effort en endurance

Articles sport Publications Cyclisme


Le sport a quelque chose de magique lorsque les enseignements appris sur une discipline s'appliquent à d'autres, avec succès. Ainsi la gestion de l'effort sur de l'ultra-marathon s'applique à merveille sur de l'ultra à vélo.


Deux observations pour ouvrir les yeux : Un enseignement de Bruno Heubi, vainqueur il y a quelques années du 100 km de Millau (ultra - course à pied) : Si tu as une heure d'avance sur ton tableau de marche, tu vas le payer cher.
Un autre enseignement de Pascal Bride (ultra-cycliste) sur le 1.000 du Sud. Un groupe de cyclistes est devant lui, pour le rattraper et le doubler, sa technique consiste à accélérer juste à peine pour rouler plus vite que son rythme de croisière et 2, 3 km plus loin il a rattrapé ses 200 ou 300 mètres de retard. Il était facile de faire plus vite, mais cela aurait couté plus cher en énergie.

Fort de ces expériences, il ne reste plus qu'à les tester, à pied, à vélo !

A pied, il s'agit par exemple de faire un 20 km en 1h30 avec un premier 10 km en 40 minutes.
A vélo, il s'agit de faire un 200 km en 8 h avec le 1er 100 km en 3h30.
Le second 10 km à pied ainsi que le second 100 km à vélo vont certainement être plus difficiles, plus pénibles mentalement que la première moitié de parcours.

Faisons alors le test inverse avec une première moitié de parcours plus lente que la seconde partie. Les sensations doivent être meilleures coté mental, mais physiquement la fin de parcours doit également être pénible, difficile.

Enfin la dernière série de tests consistera à faire les deux parcours en vitesse constante, régulière et donc, vous l'aurez compris sans se mettre dans le rouge.
Les deux parties de parcours doivent être confortables, sans sensation de jambes lourdes ou saturées et également sur un plan mental avec notamment de l'envie, du plaisir, et quelque part ... du moteur.

Vélo ou course à pied, les disciplines, la gestion de l'effort sont identiques. Si Bruno Heubi réagit lorsque deux ultra-marathoniens lui disent : Tout va bien, hé pardi, on a une heure d'avance !, c'est qu'à vélo, si l'effort est moins rude, moins direct, moins traumatisant, avec la distance, la gestion de l'effort est, au bout du compte (de kilomètres), comparable.

Alors rattraper au plus vite un cycliste pour se mettre dans sa roue, ...
rester sur Paris-Brest-Paris, dans un groupe qui roule plus vite que notre vitesse de croisière, prendre des relais à la même vitesse que celle du groupe plutôt qu'à SA vitesse ... autant d'exemples qu'il ne faut pas suivre lorsque l'on fait de l'endurance à vélo.




Article mis à jour par Janol
le 13/01/2016
Hits 4.257

Catégorie : Publication Cyclisme


Faites passer - Imprimer.
Partagez cette page :

Voyez également nos récits de sport.

Commentez cet article


Autres publications cyclisme

La cadence de pédalage ou comment rouler vite et longtemps

Il y a bien des années, pour accélérer à vélo, je croyais qu'il fallait mettre une dent de moins. Avec le temps, j'ai compris qu'il fallait, bien au contraire, mettre une dent de plus. Accélérer sur le plat ou monter une bosse, la cadence est la clé de la réussite.
(Écrit le 08/06/2015 - lu 6.890 fois)


Position du pied sur la pédale

Avoir une position idéale sur un vélo nécessite plusieurs choses. Certaines sont statiques : la hauteur de selle, la longueur des manivelles, d'autres sont dynamiques : la position du pied sur la pédale, notamment lors du pédalage.
(Écrit le 03/05/2015 - lu 7.026 fois)



Pagination :  2 suivants