Projet Webmaster
Gestion de projets web ntic

Du concept au projet informatique - De la maîtrise d’oeuvre à la maîtrise d’ouvrage

Web-ntic MOE MOA > Dictionnaires et glossaires > Moniteurs transactionnels en environnement UNIX

Moniteurs transactionnels en environnement UNIX

vendredi 21 mars 2003, par km

Termes et définitions concernant les Moniteurs transactionnels en environnement UNIX

TermeDéfinition
AGL Atelier de Génie Logiciel (CASE en anglais) Terme très usurpé par certains éditeurs qui font l’amalgame entre l’outil de développement et l’AGL. Il existe plusieurs types d’AGL. Les upper case qui modélisent la conception en suivant une méthode précise (Merise par exemple). Les lower case qui modélisent le développement et génèrent le code. Les AGL intégrés couvrent tout le cycle de développement.
API Application Programming Interface. Bibliothèque de fonctions disponibles pour le développeur d’une application et lui permettant de s’affranchir de la programmation de tâches déjà réalisées par l’API.
APPC Advanced Program-to-Program Communication Voir LU 6.2.
Connexion Première étape du dialogue entre une application et un SGBD. Pendant cette étape, le SGBD va vérifier l’habilitation de l’utilisateur puis lui allouer les ressources nécessaires aux futures communications. Ces ressources seront plus ou moins importantes selon l’architecture du SGBD mais dans tous les cas cette étape est relativement longue et coûteuse.
DCE Distributed Computing Environnement Plate-forme de développement et d’exploitation fournissant les différents services inhérents à un système distribué. L’architecture est composée de cinq services de base :·les threads qui permettent le découpage d’une application en processus distribuables,·le RPC, mécanisme d’appel de procédures distantes,·le serveur de noms ou service d’annuaire,·le serveur de temps pour synchroniser les horloges distribuées,·le service de sécurité pour identification des accès et la protection des messages échangés.
Dead Lock ou Verrou mortel Se dit d’un blocage dans l’exécution d’au moins deux traitements ayant monopolisé par verrouillage des données auxquelles ils veulent accéder mutuellement. Dans un système centralisé, le dead lock peut être détecté par un parcours de cycle des verrous. Il disparaît par la terminaison forcée ( kill ) d’un des deux protagonistes. Dans un système distribué, le parcours de graphe est impossible pour des raisons de performances, le dead lock est résolu par un chronomètre qui force la terminaison d’un traitement lorsque son temps de réponse dépasse un certain seuil.
DTP (Modèle) Modèle publié par l’X/Open. Architecture logicielle permettant à de multiples applications d’accéder à des ressources partagées fournies par de multiples gestionnaires de ressources en coordonnant leurs mises à jour par des transactions globales.
Hétérogénéité Caractéristique d’un système composé de sous-systèmes provenant d’éditeurs différents.
IPC Inter Process Communication. Mécanisme intégré dans le noyau Unix en permettant de développer une communication entre deux processus. Il se présente sous trois formes :·les files de messages·les segments de mémoire partagée·les sémaphores
ISO International Organization for Standardization. Organisation chargée de coordonner le développement des standards internationaux.
Kerberos Utilitaire d’identification pour les systèmes client/serveur distribués développé au MIT ( Massachusetts Institute of Technology ). Kerberos a été adopté dans l’environnement DCE de l’OSF. Il offre un chiffrage des messages transitant sur le réseau.
L3G Langage de développement de bas niveau (boucles, tests, calculs, manipulation de variables ou d’enregistrements). COBOL ou le langage C sont des L3G.
L4G Langage automatisé proposant des fonctions de haut niveau, généralement graphique, et permettant la sélection et les mises à jour de données en général issues d’un SGBD relationnel.
Live Lock ou Verrou vivant (ou Famine) Se dit d’un blocage dans l’exécution d’un traitement dû à une gestion de priorités défectueuse. Les traitements les plus prioritaires s’exécutent indéfiniment avant les autres, les plaçant ainsi dans un état d’attente infinie. Le live lock est opposé au dead lock dans le sens où un des deux traitements s’exécute normalement.
LU 6.2 (LUTYPE 6.2) Protocole de gestion de conversations point à point entre deux systèmes ou deux machines dans un environnement SNA (IBM). Ce protocole permet à deux programmes de communiquer. La communication, en mode conversationnel, s’effectue par une alternance de verbe SEND puis RECEIVE. Les informations sont échangées par buffers. Il existe trois niveaux de synchronisation, du plus faible au plus protégé, permettant de synchroniser ou non les mises à jour sur les différentes machines.
Multi-thread Se dit d’un processus qui peut exécuter plusieurs tâches en parallèle plutôt que séquentiellement. Un processus multi-thread effectue le même travail que plusieurs processus exécutés en parallèles mais en consommant beaucoup moins de ressources systèmes, notamment grâce à la mise en commun de la zone mémoire du processus.
OEM Original Equipment Manufacturer Désigne un partenaire d’un éditeur de produit ayant signé des accords de portage et/ou de distribution.
OLTP On Line Transaction Processing Qualificatif désignant un système démontrant des qualités nécessaires à l’exécution de traitements atomiques courts mais déclenchés par de nombreux utilisateurs.
OSF Open Software Foundation Organisation internationale à but non lucratif créée par des constructeurs informatiques. L’OSF propose un ensemble de technologies assurant l’interopérabilité entre les systèmes et les applications dans un environnement distribué, et en particulier DCE.
OSI TP Open Systems Interconnect on Distributed Transactionnal Processing Modèle de communication proposé par l’ISO décrivant la façon dont les principes transactionnels sont maintenus à travers des systèmes ouverts distribués.OSI TP ne décrit que le format des messages et les protocoles d’échanges mais pas les interfaces de programmation.
RPC Remote Procedure Call Mécanisme d’appel de procédure (fonction) distante , c’est à dire éventuellement située sur une autre machine que celle de l’initiateur de la demande. Le mot RPC vaut pour le mécanisme mais également pour la procédure appelée.L’appel d’une procédure est constitué du nom de la procédure et de ses paramètres d’entrée et de sortie. L’exécution est encapsulée entre des phases de codage/décodage des paramètres pour placer la demande dans un message transmissible sur le réseau. Sur la machine cible, un mécanisme inverse extrait les paramètres du message et les délivre à la procédure cible. Le retour du résultat depuis la procédure vers le demandeur est soumis à la même technique.Le RPC assure la transparence d’appel au niveau de l’applicatif.Le RPC de DCE est un mécanisme synchrone : le demandeur attend la réponse.Les résultats ne peuvent être renvoyés qu’au demandeur.
SGBD Système de Gestion de Bases de Données Dans notre contexte, ce terme désignera toujours un SGBD relationnel.Ensemble de logiciel qui fait vivre une base relationnelle. Ce concept regroupe les bases de données dont la table est l’organisation élémentaire.
SNA System Network Architecture Ensemble de protocoles, de formats et de séquences d’opérations d’IBM qui définissent une procédure de gestion de réseau. Architecture utilisée par les conversations de type APPC LU 6.2.
SNMP Simple Network Management Protocol Protocole de communication d’information d’administration standardisé en 1990 par l’IAB (Internet Activities Board) qui est l’organisme responsable de la définition des standards relatifs à l’architecture de réseaux TCP/IP.
TLI Transport Layer Interface. Voir XTI.
TPC-A Protocole standardisé de tests transactionnels. Un cahier des charges précis décrit l’application et son environnement (nombre d’utilisateurs, simultanéité, échanges). Les métriques utilisés sont le débit, mesuré en transactions par seconde (TPS) avec des contraintes sur le temps de réponse et le coût (prix) associé par transaction.
TPC-C Protocole standardisé de tests transactionnels. Il a été défini en collaboration avec un groupe d’industriels et s’intéresse au domaine de la vente. Il indique le nombre d’opérations complètes de vente qui peuvent être effectuées en une minute. Il repose sur un modèle de données et de traitements plus complexes que ces prédécesseurs et il réduit le nombre de limitations artificielles communément trouvées dans les benchmarks. L’ensemble de ces modifications rende TPC-C plus réaliste, et font de lui la référence commune en matière de benchmark transactionnel.
Transaction Unité logique de travail à travers laquelle les applications exécutent des opérations sur des ressources partagées telles que des modifications sur une base de données. Cette unité de travail se caractérise par les propriétés ACID : atomicité, cohérence, isolation, durabilité.
XA Interface de communication entre le gestionnaire de transaction et le gestionnaire de ressources du modèle DTP. Permet de normaliser le contrôle des transactions.
X/Open Consortium indépendant de constructeurs internationaux de machines. Ils ont développé et adopté un ensemble de spécifications pour les systèmes ouverts appelé CAE ( Common Applications Environment ). Des standard de fait sont inclus dans CAE qui est documenté dans une série de livres appelés X/Open Portability Guide. La version courante est la 4 repérée par l’acronyme XPG4.
XTI X/Open Transport Interface. Mécanisme de communication normalisé par l’X/Open et proposé par la plupart des systèmes Unix. Cette interface, connue précédemment sous le nom de TLI, propose un éventail de protocoles plus large que l’interface sockets , dont le protocole sous-jacent est toujours TCP/IP.





Répondre à cet article et accéder au Forum Moniteurs transactionnels en environnement UNIX

Imprimer Moniteurs transactionnels en environnement UNIX