Vélo Cyclotourisme Marathon Triathlon Course à pied et Endurance

Portail Sport Endurance Running


Paris Brest Paris du rêve au projet


Tout cyclo a dans sa vie entendu parler de Paris Brest Paris, c'est la randonnée qui fait rêver bon nombre de cyclistes et cela bien au delà des frontières de l'hexagone (60 % d'étrangers inscrits en 2011).

Pour cette édition 2011, c'est ma première participation, le rêve a pris forme en côtoyant des anciens qui avaient réalisé leur épreuve d'une vie de cycliste.

L'idée de s'inscrire commence à prendre forme en 2003, puis mûrit avec l'édition de 2007. A l'approche de l'édition de 2011, la décision est prise, je serai au départ. Pour cela j'envisage de faire ce qu'il faut pour mener le projet à bien, entrainement, préparation, montée en charge, qualifications, inscription, épreuve.

Ces termes listés séquentiellement vont représenter autant d'étapes, de pallier à franchir au cours des dernières mois. Cette épreuve se fait avec en tête un objectif dont la réussite passe par la mise en oeuvre de moyens.

Objectif et moyens


Mon objectif pour cette épreuve est de terminer en étant bien moralement et physiquement, mais les statistiques que l'on peut obtenir sur le web font froid dans le dos. Pas mal de cyclistes commencent leur épreuve à 24 ou 25 km heure de moyenne et puis finissent à 15 km sur les 300 derniers kilomètres, il n'y a me semble t-il pas beaucoup de plaisir dans cette allure là. L'allure n'est pas choisie, mais subie, imposée par l'état physique ou moral du cycliste. C'est le choix qui est fait entre aller à Brest et rentrer comme on peut, ou se préparer pour être dans une bonne allure sur les 3 jours de l'épreuve.

C'est ce dernier choix qui est fait et qui se traduit dans les chiffres. L'épreuve fait 1.200 km, j'estime que je dois engranger dix fois la distance en entrainement dans l'année de préparation, cela nécessite de faire 7 à 8.000 km en 2010 pour être capable d'en faire 12.000 dans les 8 premiers mois de 2011.

Carte postale PBP

Pour le coté mental, dès 2010, l'idée de PBP prends corps en participant à un maximum de brevets de 200 km et quelques fois en allant au départ du brevet à vélo. Ce petit supplément kilométrique n'apporte rien, physiquement, sauf qu'il participe à la façon de penser Paris Brest Paris, et là ça change tout. Et petit à petit les marches sont gravies, les portes s'ouvrent. Encore faut il pouvoir se qualifier, cela passe par les Brevet de Randonneurs Mondiaux.



2011 les brevets

Pour participer à PBP, il faut effectuer les brevets de Super randonneur avec la série de 200, 300, 400 et 600 km. Le calendrier est national et permet à chaque randonneur de choisir le lieu et la date de son brevet. Mon calendrier de kilomètres est ainsi établi en répartissant un brevet par mois avec un mois entre deux brevets, le premier brevet commence ainsi en mars et le dernier en juin. Le choix des lieux est fait pour essayer d'aller au brevet à vélo, ce qui fût fait pour les brevets de 200, 300 et 400 km.

De plus la qualification est doublée d'une pré-inscription, un système de priorité pour les cyclistes ayant effectué un BRM en 2010. Cette barrière n'a pas eu a être utilisée puisqu'il restait des places et qu'un cycliste n'ayant pas fait de BRM en 2010 pouvait s'inscrire, (sous réserve de valider les BRM en 2011). Après les qualifications acquises, au bout de la ligne droite apparait bien clairement l'épreuve, ah on y est presque !



Lire la suite : compte rendu Paris Brest Paris


Dans le même registre ultra-endurance, lisez :
- le compte rendu du 1000 du Sud la grande échappée Provence
- le compte rendu de 1000 km Ottawa Québec, dit également Coureur des Bois et qui se déroule au Canada.
- le compte rendu au coeur de la randonnée de légende Paris Brest Paris 2019



21 visiteurs connectés