Tour du Causse Méjean - arrivée sur le site

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo mejean

C'est un Tour du Causse Méjean avec variantes dans les gorges de la Jonte et du Tarn que Philippe nous propose. Cette série de récits de la randonnée pédestre présente les photos, le roadbook ainsi que les traces GPS.



Mardi 24 mai 2016


Le trajet en voiture pour rejoindre la Viale, petit hameau du Causse Méjean, s'est déroulé sous un chaud soleil. J'avais proposé à Jacky, avant de prendre possession de notre gite, de visiter Saint Pierre des Tripiers, bel ensemble de constructions caussenardes découvert au printemps précédent lors d'un séjour cyclotouristique basé à Meyrueis. C'était d'ailleurs en parcourant les routes de cette région en mai 2015 que l'idée d'une itinérance pédestre était venue.



C'est vers 1080 que les moines bénédictins du Rozier fondèrent ici un prieuré. La source captée est vraisemblablement à l'origine de leur installation. Construite en plusieurs campagnes (11ème et 12ème s) au gré des variations de la population, la remarquable église romane a subi des assauts de l'Histoire. Sa façade, surmontée d'un clocher-mur à une baie, fut rebâtie après les Guerres de Religion au début du 17ème s.



L'origine du nom du village n'a aucun rapport avec les tripes et les tripiers. Elle provient d'Estripiers (les trois pierres) ou encore de 'stirpis' signifiant souche, essart. La proximité d'un bois où les coupes pour conquérir de nouvelles terres cultivables lors de la fondation du prieuré pourrait être aussi son étymologie.


Un vénérable orme champêtre, plusieurs fois centenaire est classé depuis le 27 juin 2009, "Arbre Remarquable". D'une hauteur de 28 mètres, d'une envergure de 23, son tronc à 1,50 m a une circonférence de 5,90 mètres. C'est un des rares à avoir résisté à la graphiose. A la sortie du village, un vieux fût de pierre, qui avait perdu sa croix, a été revisité en 1999 par le sculpteur André Debru.

Quelques centaines de mètres plus loin, Sandrine Bon nous accueille en son gîte d'étape de la Viale. Nous y laisserons notre voiture durant cette semaine de randonnée. Elle nous montre les deux lits qu'elle nous a réservés. Ils sont situés un peu à l'écart du dortoir dans une petite alcôve.


Une petite visite du hameau suit. La pierre calcaire est l'élément essentiel de l'architecture caussenarde. Le manque de bois d'œuvre mais surtout la gamme variée des calcaires disponibles ont dicté ces choix. Les couches minces produisent les dalles utilisables pour la couverture des toits et la maçonnerie. Des blocs, on peut extraire les encadrements de baies, des portes, les chaînages d'angles, les escaliers ...
La plupart des bâtiments du Causse sont édifiés à partir d'un système à deux voûtes superposées, la première en plein cintre, la seconde au dessus en arc brisé. La bergerie occupant le niveau inférieur, la pierre accumule la chaleur du troupeau et la restitue aux pièces à vivre situées au dessus. Le plus haut niveau sert de grenier. L'épaisseur des murs varie de 0,80 à 1,90 m.



Nous rentrons prendre l'apéro. La Fario, bière blanche, est élaborée dans une micro-brasserie installée dans un moulin à Gatuziéres sur les bords de la Jonte.

Un autre randonneur et un groupe de 5 aides-soignantes font étape ce soir. Chaque année, ces employées d'une maison de retraite de Villefort (en Lozére) se programment une semaine de randonnée entre elles. L'ambiance est excellente et le repas délicieux : Quiche au lard, gratin de courgettes, ravioles et hachis, fromage de brebis "tomme Fédou" produite localement et gâteau à la châtaigne.


Voyez ici la première étape la Viale le Rozier avec les magnifiques balcons de la Jonte.





Article mis à jour par Philippe Chopin
le 07/08/2016
Hits 1.236

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire