Randonnée en Piémont : Chialvetta - refuge de Campo base

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo piemont

Encore un peu d'Italie et des superbes photos de la randonnée en Piémont de Philippe. Cette étape arrive au refuge de Campo base.



Vendredi 5 septembre

Chialvetta - refuge de Campo base
7 heures 20 minutes et 1415 m de dénivelé.

Voyez ici pour le road book Chialvetta - refuge de Campo base

La pluie d'hier soir a laissé place ce matin à un soleil voilé. Traversant les prés encore humides, nous remontons le long du torrent d'Onerzio par le sentier emprunté la veille. Nous croisons le couple entrevu hier à Viviere. Ils viennent de laisser leurs valises à la porte du gîte et poursuivent leur randonnée en Val Maira. "Sherpabus", le service de transport de la vallée, les déposera dans la journée à l'étape suivante. Une autre manière de voyager, permettant d'amener à l'itinérance des gens que le poids du sac aurait rebutés.
Le mélézin s'éclaircit à l'entrée du Vallon d'Enchiausa. C'est par ce col que nous avons décidé de passer (les alternatives en cas de météo capricieuse existent).

A "Grangie Gorra" un troupeau d'ânes broute, la cloche d'une vache solitaire tinte, quelques marmottes sifflent, l'ambiance pastorale est au rendez vous. Nous laissons à droite la montée vers le "Colle Ciabornet", itinéraire de repli si le temps en altitude l'avait nécessité. Ce passage beaucoup moins élevé (2205 m.) et son parcours essentiellement sous le couvert d'une forêt, aurait joué la sécurité. Mais point d'excuses météo aujourd'hui, nous passerons à 2742 mètres d'altitude.


Le soleil a fini par se cacher rendant la montée fraîche et donc plus aisée. On laisse à gauche le chemin menant au col frontalier de Feuillas et son ancienne caserne. Tiens, des gouttes de pluie...les temps de s'arrêter et d'observer deux chamois, c'est déjà fini.
Annoncée pour 2 heures 50 minutes, nous entamons la dernière partie de l'ascension. Les lacets se resserrent dans les pierriers et le pied patine sur ces cailloux de petites dimensions.

Un bouquetin traverse sous le sommet (photo de Jacky).


Nous resterons un peu plus de 10 minutes à profiter du spectacle. En tout ce seront 6 individus que nous verrons dont un jeune de l'année.

Alors que nous avions resserré les lacets et sorti les bâtons, un couple germanique finit son ascension. Venant du nord, nous leur faisons partager notre découverte, nous échangeons quelques mots et ils me demandent de les prendre en photo avec leur appareil, ce que je fais avec plaisir.

La vue est superbe sur le Vallon d'Apsoi.

Sous le surplomb rocheux des pitons et falaises du "Monte Orrenaye", la descente en pierrier du versant septentrional du col d'Enchiausa est aisée.


Le soleil revient, la pause déjeuner se fait avec vue sur le lac d'Apsoi.


La reprise est douce, le sentier est en courbe de niveau une soixantaine de mètres au dessus du lac dont le niveau a bien baissé.

Une raide descente nous mène aux rives du lac Visaisa. Quelques campeurs occupent ses alentours.
La descente en forêt, entre les mélèzes, nous conduit aux sources (plutôt une résurgence) de la Maira, principale rivière de la vallée. Au camping, sortant de sa vieille caravane, le gardien nous fait un délicieux café italien (que j'appréciais encore à 23h30, moi qui n'en boit quasiment jamais...).
Quelques coups de tonnerre résonnent sur les sommets environnants. Ces derniers se chargent de grosses nuées sombres mais la visibilité présente n'annonce pas encore la pluie.
Il nous reste à gagner, par un sentier forestier quasiment plat, le refuge de Campo Base dominé par le monolithe de la Rocca Provenzale, spot réputé d'escalade.


Malgré les nuages de plus en plus sombres, nous visitons le village de Chiappera aux superbes maisons.
Le vent fraîchit, les arbres s'agitent, la menace est proche. Dernière ligne droite au pas de charge.
"Campo Base", peint de blanc et de bleu, fleuri de géraniums, l'ancien bâtiment militaire est reconverti en un confortable havre.
15h20, à peine arrivés au seuil du refuge, les premières gouttes tombent.
L'averse durera 30 minutes, mais c'est sous la douche chaude que nous nous ferons rincer...au sec...

Ah si, le menu quand même:
soupe carottes, blé et orge
rôti de dinde aux noisettes avec une sauce à la lavande et pommes de terre
volcan au chocolat (genre moelleux)

Je connais des refuges français qui pourraient prendre exemple (menu 1/2 pension imposé).

L'étape suivante : Campo base - Rifugio Meleze 6 heures de marche pour 1215 m de dénivelé positif.






Article mis à jour par Janol
le 07/10/2014
Hits 2.196

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire