Tour du Vieux Chaillol - Refuge du Pigeonnier - La Chapelle en Valgaudemar

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo valgaudemar

Poursuite de la randonnée pédestre autour du Vieux Chaillol. Philippe, pas avare en curiosités, nous conte au fil de ses découvertes la petite histoire de l'habitat local en vallée. Le tout avec de superbes photos.



Samedi 5 septembre 2015
260 m de dénivelé
6h15


Voyez ici pour le road book : Carnet de route Pigeonnier - La Chapelle en Valgaudemar

Départ à 8h25 dans la brume. Malgré un petit déjeuner à rallonge, discutant à qui mieux mieux avec les attablés, nous n'avons pas réussi à partir sous le soleil. Ce sera brume durant toute la descente jusque vers 1.900 m d'altitude. Les nuages accrochent avec ténacité les sommets. Le lac du Lauzon sera presque raté tant la densité du brouillard nous l'a quasiment rendu invisible alors que le sentier le longe. Nous y patientons 15 minutes espérant le voir au soleil, mais en vain. Seule de temps en temps une fenêtre un peu moins dense s'ouvrira. Deux campeurs bivouaquent au bord, la tente va être très humide lors du repli.
Un peu avant, nous avions eu la possibilité de descendre directement au Gioberney. Mais nous pensions que la brume se lèverait bien plus rapidement. Pas de chance ! Quoique ... Au passage d'un petit torrent, quelques minutes auparavant, un billet de 50 euros et un de 20 trempaient au bord du ruisseau. Jacky m'avait précédé mais la couleur orange du billet de 50 avait attiré mon attention. Bonne pioche ! C'est l'apéro garanti ce soir.

Nous dévalons vers la cascade du Voile de la Mariée et croisons de nombreux randonneurs en ce samedi matin. Ils ont débuté leur marche depuis le parking du Gioberney près du chalet-hôtel. Nous retrouverons l'un de ces groupes dans notre hébergement ce soir à la Chapelle en Valgaudemar. Rejoignant le fond de la vallée ce sera le seul moment de contact avec la foule. Nous verrons même, malgré les panneaux d'interdiction, une famille avec son chien ... et sans laisse. On est dans les limites du parc national.

A la jonction de la descente du Lac du Lauzon et de l'accès direct au refuge du Pigeonnier, nous retrouvons le jeune couple de résidents genevois. Un morceau de route nous attend jusqu'au pied de la cascade du Voile de la Mariée, joli final du cours du Lauzon avant qu'il ne se jette dans celui du Gioberney. Un sentier longe la route sur un petit kilomètre avant de retrouver le bitume. C'est cette route ci qui fut achevée au milieu des années soixante bien après l'ouverture du chalet-hôtel car la situation avait été cocasse : on avait édifié un imposant bâtiment destiné à l'accueil des visiteurs, sans se soucier de tracer avant une route d'accès. Bref, on avait quasiment mis "la charrue avant les bœufs". Durant presque une décennie, entre 1955 et 1964, on devait emprunter une route carrossable jusqu'au bourg, puis se contenter d'un sentier muletier sur une longueur de 3.2 kilomètres pour rejoindre le vaste cirque du Gioberney et son refuge inachevé. Au terme de maintes tractations et à la décision du Département de prendre en charge sa construction, le chemin d'accès fut tracé et terminé en 1963 pour les terrassements et ouvrages et au printemps 1964 pour la chaussée. Cette année là on nota 147 véhicules qui empruntèrent la nouvelle route. L'hiver, les avalanches, les glissements de terrain entraînèrent sa fermeture. Nous quittons définitivement le bitume après les lacets dominant le Clot.



Le Clot était le hameau le plus reculé du Valgaudemar. En septembre 1928, alors que l'on engrangeait les moissons, le ciel vint à s'assombrir. Soudain, la pluie se mis à tomber. Pendant 16 heures, un véritable déluge s'abattit sur toute la région, gonflant torrents et rivières, emportant chemins, routes, ponts et habitations. Détruisant une partie du Rif du Sap, du Bourg et transformant les terrasses de culture en gravières. En 1934 il ne restait que 4 familles au Clot. Le 15 juin, on vit sortir de la fumée de la maison Rambaud à la mi-journée. Le chaume des toits desséché par 8 jours de soleil s'embrasa et sous l'action du vent, mit le feu à toutes les maisons. En quelques heures le Clot fut dévasté, les familles quittèrent les lieux. Le Clot avait vécu.

Le sentier longe la rive droite de la Séveraisse et passe devant le refuge du Clot dit "Xavier Blanc". C'est l'ancêtre du refuge du Haut Valgaudemar. Sa position est curieuse. Il est à 1397 mètres d'altitude seulement, construit sous la route menant au Gioberney. Surprenant ! C'est tout simplement qu'il était là avant elle. Il y a plus d'un siècle (1899) il était l'unique base de départ de toutes les courses dans le massif. Son histoire est singulière. Il y avait autrefois dans ce secteur, une activité minière importante en raison de la richesse de sous-sol en cuivre et plomb argentifère. Une compagnie franco-anglaise, The Valgodemar Mining Company, acquit la concession au 19e s. Quand l'exploitation prit fin, il y a une centaine d'années, restait un bâtiment simple et robuste.

Le CAF (Club Alpin Français) l'acheta et lui donna le nom de Xavier Blanc lors de son inauguration le 14 Août 1898 en reconnaissance envers le sénateur des Hautes-Alpes et alpiniste Xavier Blanc qui fut un des membres fondateur et quatrième président du CAF

Pour la petite histoire, la création du Club Alpin Français eut lieu le 2 avril 1874. Un président fut nommé, Henri de Billy. Sa présidence durera 2 jours car il meurt dans un accident de chemin de fer le 4 avril. Le 6 avril, Ernest Cézanne, ingénieur, alpiniste de renom et député des Hautes Alpes est porté à la présidence. Il décède 2 ans plus tard. Le troisième président Adolphe Joanne démissionnera pour raison de santé au bout de 3 ans, et mourra peu après. Xavier Blanc sera le quatrième président. Ainsi naquit un refuge qui porte aujourd'hui le nom du Clot, le hameau ruiné voisin.


A midi nous traversons le hameau du Rif du Sap. Quelques maisons, dont certaines fort bien restaurées, nous convient à la pause méridienne. Déambulation et nombreuses photos se font avant le traditionnel pique-nique fait de soupe, de nouilles "chinoises" et de pommes et poires séchées. Nous profitons largement du soleil bien que les nuages continuent à s'accrocher aux flancs de la vallée des 2.000, 2.200 m d'altitude.


Ce petit village perché à 1408 m d'altitude est aujourd'hui le plus reculé du Valgaudemar. Il fut partiellement enseveli par une avalanche en 1950. Les derniers habitants permanents de l'époque furent alors sauvés en tirant des coups de fusil à travers la cheminée pour signaler leur présence. Aujourd'hui il n'est plus habité que l'été, car l'hiver, c'est pendant 100 jours que ce village est caché du soleil par le relief.

Au Bourg, 1168 m, le GRP Tour du Vieux Chaillol change de rive. Nous en profitons pour visiter la chapelle et le hameau découvrant quelques "tounes", ces porches voûtés caractéristiques de la vallée, et deux maisons encore couvertes de chaume de seigle. Pour le Bourg comme pour le Casset c'est 90 jours d'ombre garantie l'hiver.
Comme le village de la Chapelle, en aval, le Bourg est construit sur la rive gauche de la Séveraisse afin d'échapper au mieux aux avalanches.


Les premières couvertures étaient en chaume, gerbes de paille de seigle assemblées en "clui" autour de barres de noisetier à l'aide de branchettes de bouleau. Afin d'éviter que le toit ne prenne feu, les cheminées étaient très hautes.


Nous poursuivons tranquillement notre descente croisant la cascade du Casset, exutoire des eaux du sommet de la Rouye et du vallon de la Chalance.


Le hameau du Casset est situé en rive droite. Un pont de pierre, défiant les crues de la Séveraisse, en permet l'accès.


Blotti en bordure d'une casse, Casset signifiait "lieu couvert d'éboulis", on y voit des maisons à l'architecture typique de la vallée, dont la principale caractéristique reste la "toune". Des toits couverts de chaume étaient visibles il n'y a pas si longtemps en bordure de la place, mais des motifs de sécurité (contre l'incendie) et de progrès, ont remplacé la paille par de la tôle. La photo de ces maisons couvertes en seigle décorera notre chambre trois jours plus tard.

Le sentier qui mène à la Chapelle est bordé de murets en pierres. Les frênes sont taillés en têtard et les prés arrosés par de petites rigoles qui croisent parfois le chemin.



Nous déambulons dans les ruelles de la Chapelle en Valgaudemard recherchant les particularités architecturales des vieilles maisons. Elles comportent sur la façade le typique porche voûté abritant le plus souvent l'entrée de la maison et de l'étable avec entre les deux un escalier qui conduit à la grange. Il était autrefois peint à la chaux puis teinté en blanc ou en bleu. Notre visite se clôturera par le hameau du Chaussendent et ses vieilles fermes.

Nous gagnons notre hébergement, géré par une association à but non lucratif. Personne à l'accueil, nous entrons quand même et finissons par faire notre lessive, étendre les affaires sur nos ficelles. Puis je m'apercevrai que nous avons un mot destiné à nous affecter une chambre et à nous expliquer l'organisation de petit déjeuner. En retournant au village nous passerons voir la gérante, salariée de l'office de tourisme afin de nous présenter. Nous avions laissé lors de notre trajet en venant de Paris un carton de nourriture pour la seconde partie de notre périple. Elle nous dira où le récupérer. Au centre du Bourg une dame vend des tourtons aux pommes de terre, aux épinards. C'est la spécialité culinaire du coin. Sucrés ou salés, c'est une sorte de beignet.


Nous irons boire un verre à l'hôtel de Mont d'Olan puis y dîner. Ravioles (quenelles de pomme de terre) avec miel et confiture de framboise, puis oreilles d'âne (gratiné de Beaufort avec crêpes et épinards) et tarte aux pommes. Excellent et sans conteste le meilleur de cette première semaine.
Retour à pied et de nuit vers "Jamivoï", notre gîte est excentré du village. Une petite lumière scintille tout là haut dans la montagne, c'est le refuge d'Olan.


Etape suivante La Chapelle en Valgaudemar AR par les cols de la Béranne et de Pétarel





Article mis à jour par Philippe Chopin
le 20/01/2016
Hits 1.316

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire