Tour du Vieux Chaillol - Refuge du pré de la Chaumette - refuge de Chabournéou

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo valgaudemar

Avec cette troisième étape, nous arrivons au coeur de la randonnée et de ses difficultés. Franchir un col, passe encore, franchir un torrent, descendre un col, anticiper le mauvais temps, Philippe et son pote Jacky s'en donnent à coeur joie. L'illustration photographique comme le récit en témoignent.



Jeudi 3 Septembre 2015
Refuge du pré de la Chaumette - refuge de Chabournéou
1.235 m de dénivelé
6h00


Voyez ici pour le road book : Carnet de route pré de la Chaumette - Chabournéou


Vieux chaillolPetit déjeuner à 6h00, je suis le premier. Yves Ailloud est à la cuisine. N'ayant pas commandé les boissons hier soir, je ne dis rien en voyant arriver notre plateau avec 2 bols de café. J'apprendrai plus tard que Jacky avait demandé, comme à notre habitude, un thé pour lui et un chocolat pour moi. Va pour le café !
A 6h35 nous débutons notre étape. Les Allemands, la table à coté de nous hier soir, sont déjà debout devant leur bivouac : 2 couples et 6 enfants âgés de 12 à 14 ans environ. Nous les verrons en contrebas lors de notre première ascension. Le rythme est bon et notre progression à la fraîche et sans vent se passe bien.


Vieux chaillol
Après le passage du torrent de la Pierre, nous bifurquons dans le vallon de la Vallette rejoignant la ligne de crête de Rivarol (2668m). A 8h35, nous sommes au col de la Valette à 2665m. La Vallée du Drac Blanc est encore à l'ombre, la brume y stagne. Sur les sommets quelques nuages s'accrochent encore.

La descente est raide et, heureusement, juste humide. C'est un versant tout en schiste et boue noire. Descente prudente, très prudente même. D'ailleurs la plupart des descriptifs déconseillent ce versant à la descente par temps pluvieux.

Vieux chaillol
Les bâtons sont alors fort utiles, pondérant ma hantise de la chute dans ces pentes instables et glissantes. Peu à peu nous perdons de l'altitude. Nous avons déjà en vue la prochaine ascension. Le col de Gouiron à 2597m sera atteint après avoir traversé un replat herbeux entourant un tout petit lac.

Vieux chaillol
De son sommet, nous voyons à rebours, sur la ligne de crête du col de la Vallette, se dessiner les petites silhouettes des nos poursuivants. Depuis notre belvédère il est facile de distinguer le chemin d'accès au 3eme col de la journée : le col de Vallonpierre. La vue dégagée s'étend de l'Aiguille de Morges au Glacier des Rouies.

Vieux chaillol
Le col de Vallonpierre avec ses passages dans des schistes se délitant sera passé à 10h10 sous un rayon de soleil.

Vieux chaillol
La brume, petit à petit envahit le versant nord alors qu'au sud les nuées ne persistent pas.

Vieux chaillol
La descente est aisée et les marmottes nous sifflent et nous surveillent dressées sur leur arrière-train. Les sommets environnants se découpent sur un fond de ciel bleu dès que le voile se déchire.

C'est en observant un troupeau de moutons que tout d'un coup, la brume se déchirant, apparaît le refuge de Vallonpierre situé à quelques dizaines de mètres. Instant magique de cette vision qui peu à peu s'élargit pour nous offrir un superbe panorama, le vieux refuge devenu cabane du gardien se mirant dans les eaux du lac.

Vieux chaillol

Vieux chaillol
L'ancien refuge a été construit en 1936 (1942 selon d'autres sources). Trop petit, sans sanitaires, devenu hors normes on décide en 1999 d'en édifier un nouveau. Bâti sur une durée de 2 fois 6 mois, ce nouveau bâtiment est le premier refuge contemporain à avoir été construit, non avec des matériaux importés, mais avec des pierres extraites du site. Il tire sa simplicité et ses pignons en "pas de moineau" du "petit refuge" qui fut gardé comme hébergement pour un aide gardien.

Vieux chaillol
Nous bifurquons et quittons le GR pour un parcours sur le flanc nord du Sirac, superbe sommet aux 6 dents où s'accrochent encore quelques restes de glaciers. Dominant de plus de 500m le Clot Civier, vaste confluent des torrents descendant des différents vallons, le sentier offre une vue aérienne de premier ordre, laissant le regard filer jusqu'au pied de Vaccivier. On distingue parfaitement en fond de vallée l'énorme bâtisse du refuge de Gioberney, mais malgré l'utilisation des jumelles, je n'arriverai pas à trouver le refuge du Pigeonnier, étape du lendemain.

Au loin, la Pointe des Muandes (3315m), les Rouies (3589m), le Glacier des Rouies, et les sommets des Pics de Vaccivier barrent l'horizon.

Le sentier saute de rocher en rocher, rendant inutile voire gênante l'utilisation des bâtons qui rejoignent le côté du sac à dos. Dans le contournement du Banc des Aiguilles, il est même aérien et demande vigilance, bonne météo et absence de neige. La variante en cas de mauvais temps aurait été de suivre le GR 54 jusqu'au Clot Civier et de remonter à Chabournéou.

Perdant peu à peu de l'altitude, nous traversons les torrents exutoires des glaciers nous dominant. Passés les Rayes, le chemin devient facile et c'est à 12h35 que nous parvenons au petit refuge de Chabournéou, bâtiment préfabriqué des années 1970.

Du haut de ses 3441m, le Sirac (six dents) est le dernier grand sommet cristallin au sud du massif des Ecrins. C'est une écaille des roches anciennes en situation chevauchante sur des terrains calcaires tout proche. Les compressions alpines, dues aux chocs des plaques continentales Europe, Afrique, générateurs des Alpes, expliquent ce phénomène.

Vieux chaillol
Nous arrivons en même temps qu'une équipe d'une vingtaine de bénévoles venus nettoyer les abords du refuge.

Nous déjeunons en terrasse à l'abri du vent puis attendons que la salle commune se vide de ses convives pour gagner l'intérieur. La douche sera froide (et de deux). La pluie arrivera à 14h40. Nous plongeons dans les nuages pour une bonne partie de l'après-midi. Nous lisons comme souvent et écrivons quelques notes pour entretenir le souvenir de la journée. Porc au citron, pommes de terre à l'eau, soupe, tomme et crème vanille, nous dînons en compagnie de 3 belges flamands et d'un couple parisien. Nous serons 3 de plus dans notre dortoir car 3 membres de l'équipe des bénévoles dorment de notre coté, les 16 places de l'autre dortoir étant remplies. Charbournéou est un petit refuge datant de plus de 40 ans qui commence à devenir vétuste. Les fenêtres sont à simple vitrage, le bâtiment n'est quasiment pas isolé. La différence de température entre l'intérieur et l'extérieur entraîne la formation de condensation et moisissures. Dominique, la gardienne depuis 5 ans nous dit qu'on lui prévoit des travaux, mais son prédécesseur avait déjà eu la même promesse en y restant 7 ans ... Je lui transmets le bonjour d'Armelle, une amie qui avait eu la gentillesse de me suggérer cet itinéraire en me transmettant son enthousiasme à fréquenter cette zone des Ecrins.


Etape suivante : Refuge de Chabournéou - refuge du Pigeonnier





Article mis à jour par Philippe Chopin
le 12/01/2016
Hits 1.218

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire