Traversée des Alpes du Sud Gite de Roya Saint-Dalmas-le-Selvage

  1. Articles sport
  2. Publications Randonnee

Si les jours de randonnées de suivent, sur la Traversée des Alpes du Sud, ils ne se ressemblent pas. Quelques aventures et réflexions sont venues ajouter du pittoresque à la randonnée et les paysages ont permis au photographe de partager ses émotions.



Mercredi 4 septembre 2019
Roya Saint-Dalmas-le-Selvage

7h30 - 14h40, soit 7h10 de trajet avec un dénivelé positif de 1273 m et un dénivelé négatif de 1286 m

Voyez ici le Road Book du gite de Roya à Saint-Dalmas-le-Selvage et la trace GPS Roya Saint-Dalmas-le-Selvage.

Il y a des jours où on accumule les erreurs et aujourd'hui c'est particulièrement vrai. Cela commence ce matin, dès le départ, où je pars "poche à eau" vide. Ayant récupéré mon colis de provision hier soir et par là même alourdi le sac d'un kilo et demi, je n'ai pas eu l'avertissement de la légèreté du sac à dos. Le plein sera fait deux heures plus tard. Ce faisant, j'oublierai alors mes 2 bâtons au pied du robinet. Là je ferai demi-tour. Enfin la tête en l'air face à un "boulevard", on fera 35 minutes d'aller-retour sur une piste après avoir raté une bifurcation du GR 5.

Mais bon ! On se pose les pieds à 7h00 sous la table du petit-déjeuner. Copieux en pain, beurre, confiture avec 3/4 de litre de lait et chocolat rien que pour moi. Bien mieux que le repas d'hier soir au strict minimum syndical : une soupe aux légumes, des tortis à la crème et lardons et un fromage blanc en dessert. Heureusement on avait pris des réserves la veille à Longon... Par contre nous avions cette nuit une chambre pour nous deux.

Saint-Etienne-de-Tinee-Roya-la-Salle
On décolle à 7h30 pour monter vers le hameau de la Salle posé sur un petit plateau descendant de Las Donnas. La vie a dû être très active dans ces maisons d'estive. Nombreux sont les greniers avec un soubassement en maçonnerie. Les chemins sont bordés de murettes où poussent dorénavant les églantiers. Joli belvédère sur le Mont Ferant et le Mont Mounier, un randonneur y a planté sa tente pour la nuit. Les rochers de Las Costas et les falaises de Los Senglas ont de belles et chaudes lumières en ce début de matinée. C'est l'Aragon vous disais-je ! Une grosse sauterelle, bien verte, joue la pose sur un rosier sauvage.

criquet-bedegar
Par le Clot Giordan, la traversée du Vallon de la Lugière et les Gravas nous arrivons à la petite chapelle ruinée de Saint Sébastien. Seul le campanile avec sa cloche a été restauré. Nous gagnons le col du Blainon. La descente sur la station d'Auron se fait en forêt. Les épicéas dominent et la fraîcheur est bienvenue après cette ascension exposée au sud, même si elle fut matinale.


Saint-Etienne-de-Tinee-Roya-Saint-Sebastien"
Un groupe de 5,6 mésanges charbonnières anime les branches des résineux. On picore les quelques framboises restantes. Bien sûr il faut un peu aller les chercher, mais le gout sucré des fruits est source de motivation. Nous allons régulièrement couper les pistes de VTT durant notre dévalaison (la station sépare piétons et vélos), emprunter de larges pistes de ski, véritables saignées dans la forêt, et finir dans les téléskis et télésièges. C'est laid, très laid ! Inutile de vous dire que l'appareil photo reste dans sa sacoche-banane.


Le GR 5 traverse un immense parking, bien sûr vide et conduit vers les immeubles de la station. En y entrant j'avise un vieux camping pour faire le plein d'eau. Les toilettes sont déjà closes ... mais il reste le point d'eau de chaque mobile-home. J'y fais le plein et oublierai mes bâtons. Je rejoins Stéphane qui lui cherche une supérette en vain. Je lui dépose mon sac à dos et ferai l'aller-retour en courant pour récupérer les bâtons. On sort de la station entre immeubles des années 70-80 et chalets plus ou moins récents puis nous nous engageons sur une piste.

Une de mes dragonnes de bâton s'est vrillée, je démonte, tout en marchant, la fixation et tente de remettre la courroie dans le bon sens. Un bon kilomètre défile avant que le lève le nez et demande à Stéphane s'il a vu le balisage. La réponse négative nous fait sortir la carte et constater notre erreur. Retour en arrière et perte de 35 à 40 minutes.

La descente étroite et sinueuse se fait dans la forêt domaniale de la Tinée. Les pins côtoient un nombre important de buis, ici en bonne santé (la pyrale a fait par endroits de gros dégâts). Nous croisons de nombreux randonneurs. 19 d'entre eux vont au moins dormir à Roya nous a dit Jean-Luc Thoulon notre hébergeur ce matin. Stéphane descend tranquillement. Je l'attends à l'ombre lorsqu'un bel écureuil brun foncé sort d'un buisson à un mètre de moi. Chacun se regarde puis il file dans les buis.

Saint-Etienne-de-Tinee-Belloire"
La descente est finie, une longue portion de route donne accès à Saint Etienne de Tinée. Heureusement c'est l'ancienne route de Nice et sa fréquentation est très faible. Plusieurs oratoires ponctuent le chemin. Déjà dans la forêt nous en avions vu deux et un troisième marquait l'accès au sentier en contrebas de la route départementale. À chacun son saint. Nous entrons à 11h45 dans Saint Etienne de Tinée. Le centre est animé, commerçant. Les maisons sont colorées, des arcades occupent souvent les rez-de-chaussée. Stéphane trouve ses piles. On jette un œil dans l'église, sur la chapelle des Pénitents Blancs, les maisons de la place de la mairie et un joli cadran solaire.

Saint-Etienne-de-Tinee"
Il a beau être midi, nous décidons d'un commun accord de manger un peu plus tard afin de gravir avant les heures très chaudes, une portion de notre dernière ascension. Bien qu'exposé sud, le chemin reste en partie frais grâce aux talus arbustifs qui le bordent. Tout de même, quelques portions me donnent l'impression d'être dans la garrigue et l'ombre n'est pas toujours au rendez-vous.

À midi trente, à l'ombre d'érables et en bord de piste nous déjeunons. Un petit vent nous rafraîchit et sèche les tee-shirts accrochés aux branches. La pause est récupératrice. Nourris, hydratés, transpiration évacuée et tee-shirts secs nous quittons Ublan Ouest et la piste pour grimper dans les pins vers Anelle. Les derniers exhalent d'ailleurs une bonne odeur de résine sous le soleil zénithal. Il reste environ 300 mètres de dénivelé pour le col d'Anelle. Suffisant pour nous en cette chaude après-midi.

Saint-Etienne-de-Tinee-Ublan-Ouest
Un troupeau de moutons, quelques chèvres de Rove et un âne chôment à l'ombre des arbres. Les papillons azurés, quelques bourdons er d'autres insectes s'en donnent à cœur joie sur les pieds de lavande et ceux de sarriette. Les parfums embaument alors que je m'approche à quelques centimètres pour faire des photos. Peu à peu les pins sylvestres et noirs cèdent la place aux mélèzes. C'est par une jolie piste que nous gagnons le col d'Anelle.


La fontaine y crache une eau fraîche. Nous continuons à croiser des randonneurs au long cours. Il est vrai que les options de départ sont plurielles dans ce secteur, tout comme celles d'étape : Bousiéyas, Saint Dalmas le Selvage, Saint Etienne de Tinée ou encore Auron. La piste nous descendra jusqu'à Saint Dalmas le Selvage, le GR coupant par endroits ses lacets. On distingue déjà le tracé du chemin de demain sur le versant opposé de la vallée, alors que nous faisons face au vallon de la Combe.

Saint-Dalmas-le-Selvage-Bois-d-Anelle
Il est 14h40 lorsqu'on parvient devant l'église. Nous irons nous "hydrater" à la terrasse du bar-restaurant "Saveurs de Montagne" puis prendre nos quartiers chez Philippe Issautier, présent depuis 29 ans comme "gîteur". À notre arrivée, il nous accueille avec Nino, son petit-fils âgé de 18 mois. Nous serons seuls ce soir dans le gîte. La proximité de Bousiéyas, 3h40 temps topo dans le sens descendant, ne joue pas en sa faveur.

En fin d'après-midi, après avoir déambulé dans les ruelles du village, à regarder les vieilles portes, les toitures en bardeaux avec parfois leurs gouttières en mélèze et quelques cadrans solaires, on se pose à la même terrasse pour manger une glace. L'un des cadrans, daté de 1880, a étonnement une maxime en anglais "Where the sun is, the hour is not". La traduction littérale n'est pas significative et semble plutôt dire que "l'heure n'a pas d'importance".

Saint-Dalmas-le-Selvage
En discutant avec la patronne du bar-restaurant, on apprend que c'est elle qui détient la clé de l'église et non l'office du tourisme comme indiqué sur l'édifice. Nos glaces dégustées, nous descendons pour la visite. Comme à Saint Dalmas Valdeblore, l'église du Selvage faisait partie du prieuré de l'abbaye bénédictine San Dalmazzo de Pedona dans le Piémont italien. La richesse décorative est toujours la même. De jolis tons ocre égayés de frises animent les murs. La voûte entre les arêtes est peinte d'un bleu lavande rehaussé de motifs floraux ou géométriques. Mais je suis impressionné par la beauté des très vieux bancs destinés aux fidèles.

Saint-Dalmas-le-Selvage

Je pensais, en photographiant l'église à notre sortie, que comme à Roure, le clocher roman avait été conservé alors que la nef avait été reconstruite à l'époque baroque (fin 17è début 18è). Ici l'histoire est différente. Il fut abattu en 1716 par le comte Erigio Emeric, en prétextant garantir l'ancienne église paroissiale de "risques d'incendie", mais en réalité gêné par l'ombre portée du clocher situé devant son château. Le comte ordonne sa démolition et sa reconstruction deux cent mètres plus bas, à l'ouest du village, chantier qui s'achèvera en 1718 par l'érection de ce clocher de style traditionnel roman-alpin, montrant la permanence architecturale de ce type d'édifice.

On remonte tranquillement rendre la clé. Avec son porte-clés en bois, long de 30 cm, impossible d'oublier de la restituer !

Sur le même sujet :

Traversée des Alpes du Sud Budget de Bibliographie

Traversée des Alpes du Sud Budget de BibliographiePour compléter ce dossier sur la Traversée des Alpes du Sud, Philippe nous a fait part de la bibliographie pour préparer cette randonnée, ainsi que du budget.


Traversée des Alpes du Sud Brunissard Briançon

Traversée des Alpes du Sud Brunissard BriançonDe Brunissard à Briançon, est l'étape qui termine la Traversée des Alpes du Sud. La météo est mitigée et c'est sous un ciel gris que le dernier col est passé. Certains lieux rappellent les randonnées précédentes, d'autres construisent les souvenirs de demain.


Traversée des Alpes du Sud Ceillac Brunissard

Traversée des Alpes du Sud Ceillac BrunissardLe Queyras et ses trésors est encore à l'honneur sur la Traversée des Alpes du Sud. Le sommet à 2301 m sera atteint tôt dans la matinée. Des lieux magnifiques à contempler, des rencontres pittoresques à faire, des curiosités à aller chercher, c'est ainsi que naissent les souvenirs au jour 13 de la randonnée.


Traversée des Alpes du Sud Refuge de Maljasset Ceillac

Traversée des Alpes du Sud Refuge de Maljasset CeillacAu 13ème jour de la Traversée des Alpes du Sud, le coeur du Queyras est là, avec aux alentours ses plus grands sommets. C'est dans ce cadre bucolique, idéal pour la randonnée pédestre et la photo, que Philippe et Stéphane évoluent.


Traversée des Alpes du Sud Refuge de Larche Maljasset

Traversée des Alpes du Sud Refuge de Larche MaljassetLongue étape que celle qui relie Larche à Maljasset. Des cols sont au programme et au dessus de 2500 m. Les paysages y sont aussi magnifiques que l'adaptation à la montagne de l'homme, son habitat et son mode de vie.






Article mis à jour par Janol
le 24/03/2020
Hits 127

Catégorie : Publication Randonnee

Faites passer Imprimer

Récits de sport



Autres publications randonnée

Traversée des Alpes du Sud de Menton à Briançon

La Grande Traversée des Alpes (ou GTA) est l'enchainement des GR5 puis GR52 pour partir du Lac Léman et prendre son bain à Menton. Mais c'est aussi avec la lumière du soleil dans le dos pour faire face aux magnifiques paysages de montagne que la GTA se fait. C'est ce que nous propose Philippe avec une formidable randonnée de Menton à Briançon sur une durée de 15 jours, du lundi 26 août au mardi 10 septembre 2019.
(Écrit le 17/03/2020 - lu 251 fois)