Traversée des Alpes du Sud refuge des Merveilles refuge de la Madone de Fenestre

  1. Articles sport
  2. Publications Randonnee

Après une vallée des Merveilles de toute beauté, la marche vers la Madone de Fenestre et son refuge révèle d'autres beautés. Ce sont de jolis lacs, des belles rencontres dans un cadre enchanteur mais qui sait être technique.



Vendredi 30 août 2019
Refuge des Merveilles Madone de Fenestre

7h40 - 15h40, soit 8h00 de trajet pour 14,9 km, avec un dénivelé positif de 1084 m et un dénivelé négatif de 1308 m

Voyez ici le Road Book du Refuge des Merveilles au Refuge de la Madone de Fenestre et la trace GPS Refuge des Merveilles Madone de Fenestre.

Lever 6h40, petit déjeuner à 7h00 et départ à 7h40. Le ciel a retrouvé son bleu azur, c'est la couleur locale d'ailleurs... et le soleil nous accompagne déjà, alors que nous remontons le GR descendu hier après midi avec notre guide du patrimoine. La réglementation de la réserve interdit l'usage des bâtons de marche aux pointes métalliques. Ils sont sur nos sacs respectifs. Mais le parc met à disposition quelques bâtons en bois pour traverser la zone préservée. Stéphane en emprunte un au passage. Nous remontons le vallon sans prendre à droite la direction du "Christ". Dans un goulet d'étranglement, j'admire le travail des anciens glaciers qui ont lissé la roche et dont les blocs charriés par les glaces ont strié à l'horizontale la paroi. En face, une immense paroi dite "vitrifiée". Elle ne comporte que des graffitis de notre ère et relativement "récents" : quatre bateaux dont un superbe du 17è siècle, des sapins ou mélèzes et plein de noms, souvent datés.


Refuge des Merveilles Madone de Fenestre

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre

Nous faisons une dizaine de mètres hors du GR pour aller voir le fac-similé du "Chef de Tribu". Etant trop accessible et au sol, on a préféré mettre l'original dans un musée. Par contre la dalle verte sur laquelle il est gravé détonne avec le gris des rochers environnants. Un guide italien, habilité à la visite guidée du site, m'informera quelques mois plus tard que la couleur de ce moulage en résine a changé avec le vieillissement. Passant sous un bloc rocheux nous poursuivons notre remontée jusqu'à un replat précédé de quelques petits laquets. Le col de Valmasque commence à se dessiner.



Refuge des Merveilles Madone de Fenestre
C'est une belle et régulière ascension qui s'ensoleille. Nous rattrapons un jeune couple au sommet de la Baisse de Valmasque à 2549 m. Ils ont bivouaqué sur l'aire face au lac Fourca et la nuit fut un peu fraîche. Les bouquetins sont sur la droite, mais quatre chamois les surplombent légèrement. Je sors les jumelles et distingue parfaitement une étagne (la femelle bouquetin) et son cabri. Au dessus c'est une chèvre (la femelle chamois) qui elle aussi veille sur son petit. Un autre bouquetin sur notre gauche nous contournera pour rejoindre ses congénères. J'explique aux deux jeunes campeurs la différence entre chamois et bouquetin et leur prête les jumelles. Dans le ciel, un aigle avec quelques tâches blanches sous les ailes nous survole.

Du col nous avons déjà en point de mire notre future ascension. A droite de la Tête Nord du Basto, apparait la Baisse éponyme. Nous quittons ce charmant couple, sûrs de les revoir car ils vont à la Madone de Fenestre, et entamons la descente. Notre route bifurque à gauche avant d'atteindre le lac du Basto et Stéphane repose son bâton de bois. Nous sortons de la zone protégée et détachons les bâtons de marche du sac. Nous dominerons le lac une bonne partie de l'ascension sous le regard méfiant de quelques chamois qui garderont une bonne distance de sécurité.

Au pied de la Tête Sud du Basto un petit névé persiste en cette fin août, alors que l'été fut particulièrement sec et caniculaire. Nous traversons sous la Tête Sud du Basto un pierrier fait de gros blocs avant de retrouver une sente plus aisée pour l'ascension finale. Au sommet on découvre la raide, très raide descente vers le vallon du Mont Chamineye et le refuge de Nice. Stéphane glisse, se râpe fortement le coude et rouvre une grosse éraflure contractée lors d'une chute de vélo. Entre terre, cailloux qui roulent et gros blocs, la descente est rude.

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre
Ce n'est qu'au bout de 40 minutes que le chemin devient plus facile. Une enfilade de petits lacs au niveau fort bas suit le vallon. Dans une grosse mare, quelques têtards survivent. Les couleurs des roches découvertes par l'évaporation de ces petits étangs sont d'un rouge lie de vin voire bordeaux. Elles contrastent admirablement avec le vert des pâturages, le bleu du ciel et le blanc des nuages. Dans ces moments là, la passion de la belle photo l'emporte sur la marche et je dois parfois me faire violence pour stopper les prises de vue et rejoindre d'un pas rapide ou en trottinant Stéphane. Pas question qu'il en fasse les frais.

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre
Stéphane profitera d'une petite cascade descendant du lac Niré pour laver son coude ensanglanté. Nous sortons du vallon sous la domination, à notre gauche, de la Cime Niré et face à l'imposante masse du Mont Ponset.

Nous découvrons d'abord l'ancien refuge Victor de Cessole construit en 1901 sous l'impulsion de ce grand alpiniste niçois. Il sert de refuge d'hiver non gardé. Il faut s'engager un peu en surplomb du vallon de la Fous pour apercevoir le refuge de Nice inauguré en 2009 après 4 ans de travaux.

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre
À midi nous atteignons sa terrasse ensoleillée et y déjeunons. Le gardien est occupé à recevoir la commission de sécurité. Les dames du CAF sont montées à pied tandis que les pompiers sont venus avec l'hélicoptère du PGHM...ironisent-elles. Pendant ce temps Stéphane est entouré de poules qui viennent picorer à ses pieds et quémander à manger. Alexandre et son amie, nos deux jeunes campeurs nous rejoignent à 12h20. Nous reprenons nos sacs à dos, non sans avoir fait le plein d'eau. Le ciel se couvre et l'orage est annoncé en deuxième partie de l'après-midi.

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre

Le chemin descend le long du lac de la Fous, dévoilant la beauté du site où est juché le refuge. Le barrage passé, une pancarte du Parc National annonce 1h30 pour l'ascension du Pas du Mont Colomb. Nous mettrons cinquante minutes, mais en consultant le topoguide je découvre que ce dernier donnait 1h30 de délai mais du refuge de Nice. Pourquoi une telle différence entre un topoguide et les panneaux indicateurs ? ... 25 minutes sur 2 heures.

C'est parti pour la très rude montée du Pas du Mont Colomb. Nous croisons des randonneuses et un randonneur descendant. Ils ont de sévères difficultés à affronter cette forte pente. Il faut dire qu'entre les passages terreux et très pentus et les franchissements des blocs rocheux, les genoux peu habitués ou récalcitrants sont mis à rude contribution.


Refuge des Merveilles Madone de Fenestre

Nous finirons l'ascension avec les mains tellement le final est raide. C'est une très étroite brèche où nous côtoyons deux allemands faisant une pause. Nous échangeons les appareils photos avec ce couple pour que chacun garde le souvenir de son passage et de sa difficulté.


On découvre sur le flanc occidental, le vallon qui va nous mener au refuge de la Madone de Fenestre. Si le sentier est très facile à la descente de ce côté, nous plaignons les randonneurs descendant ce que nous venons de gravir.

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre

Le chemin sera malheureusement rapidement encombré de gros blocs et la descente commence à peser sur nos organismes. D'un commun accord on réduit la vitesse pour éviter tout risque de chute même si on garde un œil sur le ciel qui s'assombrit. Sous le Caire Barel, cinq chamois nous passent devant et filent sur la dalle en forte pente qui couvre le bas du flanc gauche du vallon. Face à nous un couple les observe. À leur insu, derrière eux un chamois se détache sur la ligne de crête, magnifique ombre chinoise sur un fond de ciel gris.

Si le pied du chamois se termine par deux sabots comme celui du bouquetin, le sabot du bouquetin est plus moulant au niveau de la muraille que de la sole. Cela assure à l'animal une adhérence parfaite sur les dalles les plus lisses et les aspérités les plus réduites. Aussi avec un sabot plus dur, le chamois est moins à l'aise que son cousin sur le rocher.

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre

Les premiers mélèzes apparaissent et les vaches dont nous entendions depuis un moment les cloches occupent un replat au Gias Cabret. À partir de là de nombreux ruisseaux traversent ou empruntent momentanément le sentier. Les cimes du Petit Caire et du Caire de la Madone à gauche sont à notre gauche. C'est dans ce massif que le trou d'un rocher donna le nom de Fenestre aux lieux environnants. Un dernier groupe de chamois occupe les prés en bas du vallon du Ponset. Nous sommes à moins de dix minutes du refuge et de sa route d'accès !

Refuge des Merveilles Madone de Fenestre
C'est dans les épilobes encore en fleurs et surtout près des framboisiers où nous picorons que nous finissons notre journée. Le torrent passé, une petite côte nous mène à la Madone du Fenestre. La chapelle reçoit notre visite puis nous gagnons le refuge. Dortoir de quatre avec un couple d'anglais, mais très peu de place. Aussi les sacs à dos resteront dans le vaste couloir. Puis douche chaude, lessive rapide étendue au vent de la vallée. Le temps est bien gris et n'arrange rien à l'esthétique des lieux. On applique souvent le terme de "beauté intérieure" aux personnes laides. On pourrait faire de même. L'intérieur de la chapelle est fort joli, mais la cour qui la précède, bordée d'un côté par le refuge et de l'autre par un ancien complexe hôtelier, est sordide.

Le site fut de longue date occupé par un sanctuaire puisque dès 887 les bénédictins en bâtirent un. Détruit par les Sarrasins au 10è siècle, reconstruit puis converti en hôpital au 13è siècle par les Templiers, il devint rapidement le meilleur passage entre Nice et le Piémont par le col de Fenestre. C'est d'ailleurs une ouverture à l'extrémité d'un rocher inaccessible du Caire de la Madone où l'on aperçoit un carré de la voûte céleste qui donna son nom au site. La statue de la Vierge est montée en procession le dernier samedi de mai. Plusieurs pèlerinages viennent l'honorer, 26 juillet, 15 août, 8 septembre mais elle retourne en vallée fin septembre car le sanctuaire est fermé l'hiver.


Refuge des Merveilles Madone de Fenestre
On n'hésite pas à 17h00 à s'installer dans la salle à manger devant une part de tarte aux myrtilles. Un chocolat chaud m'aidera à faire descendre tout ça. Le jeune couple nous rejoint. Eux aussi ont trouvé la descente pénible et, sans bâtons, ont les genoux douloureux. Ils campent aussi ce soir, mais plutôt que de manger dans leur tente viennent dîner ce soir d'un bon repas. Je demanderai au gardien de changer son plan de table pour dîner avec eux. Ils finissent demain leurs trois jours de randonnée. Leur compagnie est agréable. Ils ont le plaisir simple de randonner près de chez eux (ils habitent la Côte d'Azur) et de camper. Stéphane et moi avons pris un vrai plaisir à les côtoyer ces quelques heures, Une image des joies simple de la vie, du bonheur. Dehors le tonnerre gronde mais la pluie évite la vallée, tant mieux pour nos campeurs ... peut-être la Madone ?



Sur le même sujet :

Traversée des Alpes du Sud Budget de BibliographieTraversée des Alpes du Sud Budget de Bibliographie

Pour compléter ce dossier sur la Traversée des Alpes du Sud, Philippe nous a fait part de la bibliographie pour préparer cette randonnée, ainsi que du budget.


Traversée des Alpes du Sud Brunissard BriançonTraversée des Alpes du Sud Brunissard Briançon

De Brunissard à Briançon, est l'étape qui termine la Traversée des Alpes du Sud. La météo est mitigée et c'est sous un ciel gris que le dernier col est passé. Certains lieux rappellent les randonnées précédentes, d'autres construisent les souvenirs de demain.


Traversée des Alpes du Sud Ceillac BrunissardTraversée des Alpes du Sud Ceillac Brunissard

Le Queyras et ses trésors est encore à l'honneur sur la Traversée des Alpes du Sud. Le sommet à 2301 m sera atteint tôt dans la matinée. Des lieux magnifiques à contempler, des rencontres pittoresques à faire, des curiosités à aller chercher, c'est ainsi que naissent les souvenirs au jour 13 de la randonnée.


Traversée des Alpes du Sud Refuge de Maljasset CeillacTraversée des Alpes du Sud Refuge de Maljasset Ceillac

Au 13ème jour de la Traversée des Alpes du Sud, le coeur du Queyras est là, avec aux alentours ses plus grands sommets. C'est dans ce cadre bucolique, idéal pour la randonnée pédestre et la photo, que Philippe et Stéphane évoluent.


Traversée des Alpes du Sud Refuge de Larche MaljassetTraversée des Alpes du Sud Refuge de Larche Maljasset

Longue étape que celle qui relie Larche à Maljasset. Des cols sont au programme et au dessus de 2500 m. Les paysages y sont aussi magnifiques que l'adaptation à la montagne de l'homme, son habitat et son mode de vie.






Article mis à jour par Janol
le 19/03/2020
Hits 122

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport



Autres publications randonnée

Traversée des Alpes du Sud de Menton à Briançon

La Grande Traversée des Alpes (ou GTA) est l'enchainement des GR5 puis GR52 pour partir du Lac Léman et prendre son bain à Menton. Mais c'est aussi avec la lumière du soleil dans le dos pour faire face aux magnifiques paysages de montagne que la GTA se fait. C'est ce que nous propose Philippe avec une formidable randonnée de Menton à Briançon sur une durée de 15 jours, du lundi 26 août au mardi 10 septembre 2019.
(Écrit le 17/03/2020 - lu 250 fois)