200 km vers les lacs de Val David

  1. Articles sport
  2. Publications Cyclisme

De Montréal à Val David et ses lacs, c'est un parcours vélo de 200 km et dans des paysages bucoliques, lacs, rivière, foret. De quoi se ressourcer et prendre des forces.




Samedi avait lieu le 200 km de Montréal, un BRM sous la chaleur alors que vendredi c'est une sortie de 100 km qui a eu raison de mes motivations. Dimanche alors la porte d'un 200 km s'est ouverte et sans canicule.
Si 11h00 est l'heure de départ, tardive certes, 19h00 sera l'heure de retour attendue.
La sortie a été programmée au dernier moment, mais déjà l'idée l'aller faire un 200 était dans la tête et la destination de Val David est alors une évidence. C'est la destination qui fait le kilométrage et vis versa. Un 160 km va bientôt venir, ce sera la boucle vers Rigaud et sa bosse. Peut-être un 300 km avec l'aller retour vers Mont Tremblant. Pas besoin de faire plus cette année, le satané virus a mis a plat mes projets longue distance, et le moral n'est pas là pour y allier "quoi qu'il en coute".
C'est un 200 km et l'allure devrait être tranquille, mais je n'y arrive pas. Je passe à Saint Jérome dans les mêmes temps que sur un 100 km, sauf qu'au lieu de faire un demi-tour et rentrer je poursuis ma route.
Passé Saint-Jérome, c'est le Sentier du Petit Train du Nord qui offre les paysages et les jambes ont peine a observer ce que la nature propose, pourtant il y a de quoi. La rivière du nord connait ses niveaux les plus bas, des rochers affleurent, les baigneurs les ont vite pris d'assaut. Le sentier en poudre de roche est différent de l'année passée. Il a été recouvert, comme chaque année certainement, de gravier et selon les endroits il y a des trajectoires à privilégier. La difficulté se situe au niveau des dépassements, car il faut changer de traces et traverser la zone centrale qui est encore bien gravillonnée. Dépasser incite alors à ralentit et en fin de compte c'est parfait !
Sur le sentier il y a de tout comme cycliste, ceux qui vont prendre un bain, ceux qui baladent, ceux qui apprennent à pédaler du haut de leur 4 ans, et c'est tout autant de dangers pour ceux qui roulent. Ma mésaventure du moi de mai est rentré dans la tête, mais entre deux groupes de cyclistes, ça roule.
Cette partie jusqu'à Val David est en faux plat montant, j'avais déjà mal aux jambes avant Saint-Jérome, alors j'en prends à bon compte. Si cela ne me fait pas faire de progrès, je suis bon pour passer à autre chose.
Le ciel est couvert en partie et cela donne d'agréables sensations, sur la gauche la rivière coule tranquillement, sur la droite la forêt, le chant des oiseaux, les jambes tournent toute seules, l'endorphine est en train de faire ses effets, c'est le moment de penser au moment présent, secondes par secondes, faire le vide dans sa tête et se regarder vivre l'instant, il n'y a pas de douleurs, l'instant est magique...

Après la bosse, passage entre deux immenses rochers et le paysage s'ouvre sur le lac. Il est bordé de forêts, l'eau est calme et les arbres miroitent leurs couleurs vives pour donner un paysage calme, reposant.... Un kayakiste apporte du mouvement, quelques belles maisons se reflètent dans l'eau et font rêver.
Lac val David

Val David est alors atteint au bout de 95 km et je ne sais pas qu'elle heure il est. Le temps écoulé n'a pas d'importance. Un pin sur une pelouse en bord du sentier me servira de lieu de pause. Endroit idéal pour voir la vie, les gens, les cyclistes et promeneurs. Une discussion attrapée au vol a comme sujet l'asphaltage du sentier, du risque que cela va nécessiter de l'entretien et que ça va rouler plus vite. Il y a des pour, des contre...

C'est le moment pour se ravitailler, et boire encore un peu. Le bidon électrolytes a été complété par un camelbak d'eau claire mais il ne fait pas assez chaud pour en profiter vraiment.

Allez demi-tour et descente vers Saint-Jérome. Vue l'heure, il y a moins de monde sur le sentier et c'est pas plus mal. Mais avec la descente et la vitesse, il faut se concentrer sur le revêtement, car il y a des paquets de gravier par endroits.
Arrivé à Saint-Jérome, c'est le retour au bitume et aux allures vives sans risque de déraper. Finalement les douleurs du matin sont passées, mais pour autant les jambes ne sont pas indolores, je doit gérer pour rouler vite sans dépasser les limites. Je sais que coté alimentation je n'ai rien fait de particulier et mon dernier plat de pâtes n'est plus dans l'estomac depuis belle lurette. C'est bien de pouvoir gérer son énergie en étant à l'écoute de ses sensations.

Arrivé dans l'agglomération de Montréal, je me fait prendre à rouler vite, tout cela parce qu'il y avait deux cyclistes devant. Entre deux feux rouges, c'est la course. Je me dis que c'est idiot, mais je suis le premier à participer.
Au feu rouge qui suit, je suis le seul à tourner à gauche et je rentre tranquille sur les 3 km qui restent.
190 km au compteur, 7h30 sans compter les arrêts. La galère de la belle chute est désormais dans les souvenirs, en gardant simplement l'expérience comme un bonus. En trois sorties, le total du kilométrage de juin a été égalé. La tête va ainsi mieux, c'est l'essentiel car en fin de compte, c'est elle qui pédale.




Article mis à jour par Janol
le 06/07/2020
Hits 162

Catégorie : Publication Cyclisme

Faites passer Imprimer

Récits de sport

Sur le même sujet :

Premier brevet de vélo, premier marathon, premier Paris-Brest-Paris

Premier brevet de vélo, premier marathon, premier Paris-Brest-Paris Difficile choix que celui de participer rapidement à une première épreuve ou décider d'attendre d'avoir plus d'expérience et peut-être plus de plaisirs.


Randonnée de bosses vers Saint-Donnat-de-Montcalm

Randonnée de bosses vers Saint-Donnat-de-MontcalmAprès les sorties de plaine ou celles en altitude, un besoin de monter encore plus est venu trouver ce parcours vélo de 300 km dans les Laurentides.


160 km sous la chaleur

160 km sous la chaleurDifficile 160 km de reprise avec une température proche des 30 degrés. Des arrêts non prévus pour récupérer et finalement l'allure a été bonne.


Belle à en tomber par terre

Belle à en tomber par terreElle était jolie du haut de son vélo et de ses jeunes années. Elle était jolie et m'a mis au tapis.


Randonnée d'automne

Randonnée d'automneRouler l'Automne pour se refaire une cerise des efforts sans compter de l'été. Une sortie attendue, crainte, mainte fois repoussée puis enfin désirée. Et si on la réalisait cette sortie vélo.




Autres publications cyclisme

Rouler en club et le cas du cyclo lâché

Rouler en club, pour une sortie du dimanche ou une randonnée, pose dans bien des cas des problèmes. Même sans crevaison, il y a des cyclos lachés, qui n'ont plus qu'a rentrer seuls. Quelles solutions mettre en place ?
(Écrit le 08/10/2020 - lu 3.818 fois)


Comparer Paris-Brest-Paris et le Mille du Sud

Il peut être tentant de faire une comparaison entre Paris-Brest-Paris et le Mille du Sud, tant les épreuves semblent proches et que la majorité des cyclos participent aux deux distances. Essayons de voir comment elles diffèrent.
(Écrit le 01/09/2020 - lu 1.550 fois)


Les challenges Strava

Les challenges Strava permettent d'apporter de l'émulation au sein des athlètes Strava.
C'est à la fois un élément de motivation, un élément social et un bon moyen de communiquer et de se faire voir ou connaitre.
(Écrit le 29/08/2020 - lu 77 fois)



Pagination :  7 suivants