Alta Via 1 : Hôtel Suisse à Saint Rhémy en Bosses - refuge Walter Bonatti

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo Aoste

Superbe grande étape que celle ci. Philippe et Jacky doivent passer le col de Malatra et découvrir les paysages qui vont se présenter à eux. Leur randonnée va croiser un ultra-trail particulier le 4K



Dimanche 4 Septembre 2016

Hôtel Suisse, Saint Rhémy en Bosses - refuge Walter Bonatti
7h00 - 13h35 soit 6h35 de "marche" (6h45 selon le topo) et 1345 m de dénivelé +

Voyez ici le Road-book Refuge Walter Bonatti

Petit déjeuner à 6h30 facilement négocié avec la patronne ; copieux : jus de myrtilles, yaourt aux fruits, pain, beurre, miel, compote de pomme du Grand Saint Bernard, gâteau aux pommes, chocolat chaud ...

Nous quittons de bonne heure notre hôtel. La météo annonce une dégradation pluvieuse pour l'après-midi. Jacky a eu son fils au téléphone et celui ci nous tient régulièrement au courant des prévisions météorologiques. Aussi, je veux passer avant midi le col de Malatra, évitant un éventuel passage neigeux à plus de 2900 mètres d'altitude. 7h00 sonne au son de la cloche lorsque nous passons le torrent. A propos de cloche, elle sonne tous les quarts d'heure et double l'annonce des heures durant toute la nuit. Pas de risque de rater notre lever matinal ! Nous traversons pendant la première heure les hameaux de Saint-Rhémy marchant principalement sur le bitume.


Ce ne sera qu'après être passé sous les piles de la route viaduc d'accès au tunnel du Grand Saint Bernard que nous retrouvons un sentier et les alpages.

Les petits fanions jalonnent notre parcours. Nous allons aujourd'hui croiser les premiers concurrents du 4K. En attendant, nous remontons le long vallon de la Combe de Merdeux (sic).
Ce toponyme commun dans toute la vallée, vient du terrain foncé et fangeux lorsqu'il pleut. C'est d'ailleurs à Merdeux-desot que nous choisissons de remonter la piste, bien plus marchante que le sentier et surtout plus panoramique.


Une option en cas de pluie avait été envisagée afin d'éviter l'ascension du Col de Malatra. Elle passait par le col Séréna, un peu plus bas, 2647 m au lieu de 2928, et nous faisait reprendre la vallée de Courmayeur directement, évitant alors Bonatti. Il restait aussi si les conditions avaient été pourries (neige à basse altitude) à prendre le car à Saint-Rhémy-en-Bosses, transiter par Aoste pour rejoindre Chamonix.

Nous dominons le torrent et le hameau ruiné de Moindaz. Trois VTT nous doublent et il règne une certaine activité sur la piste. C'est dimanche et il y a l'attrait et l'organisation du passage de la course.


A 9h40, nous sommes à l'alpage Tsa de Merdeux ...
Le terme local de Tsa correspond dans le système de transhumance à l'alpage le plus élevé. Nous sommes ici à 2273 m d'altitude. Les employés s'activent à nourrir les veaux encore à l'étable et le fromager fait sa pause devant la porte de la laiterie.
Il reste encore un peu moins de 700 mètres de dénivelé, la brèche du col de Malatra est en point de mire. A droite part le sentier vers le refuge Frassati, situé à quelques centaines de mètres et point de ravitaillement du trail. On remonte les buttes herbeuses où les vaches paissent.

Des quatre premiers concurrents à passer seul le premier Kienzl Peter arrivera au terme des 350 km et 25.000 m de dénivelé. Il sera classé ... premier avec un temps de 82 heures et 53 minutes. Les autres abandonneront tout comme le mari de Maura Petitjacques, notre hôtesse de Bionaz. D'ailleurs seuls 309 participants sur près de 800 inscrits finiront.


Nous revenons sur les trois VVTistes maintenant plus handicapés par leur bicyclette que sur la piste.

Un grand replat, probablement l'emplacement d'un ancien lac, laisse à voir le sentier pour l'escalade finale.

Fini le bon chemin, voici les roches détritiques, délitées et fuyantes sous la semelle à chaque impulsion.


On remonte difficilement dans l'entaille étroite et son cône de pierres.

Les derniers mètres sont sécurisés par des mains courantes et quelques marches-pieds.

Il y a du monde dans l'étroite échancrure que forme le col à 2928 ou 34 ou 29 m d'altitude….

Le texte du topoguide reprend un chiffre différent de celui de sa propre carte, la carte au 1:25.000 annonce une altitude différente des 2925 m de la pancarte sommitale !

Fi des chiffres, la vue qui s'ouvre est somptueuse, splendide.



Tout le massif du Mont-Blanc apparaît du Col de la Seigne au Glacier du Géant. Je demanderai à un italien de nous prendre en photo, immortalisant un bel effort. Bravo Jacky, nous sommes passés sans encombre, la perturbation ayant l'air d'avoir un peu de retard sur les prévisions. Je salue ici encore l'effort de mon compagnon d'échappée car l'exercice final fut intense dans ces très raides derniers mètres au sol fuyant.


Je resserre les lacets en prévision d'une longue descente. Le soleil brille encore, sublimant cette vue immense. D'ailleurs notre descente de la Combe de Malatra ouvre au fur et à mesure un panorama de plus en plus large.

A 11h45, nous trouvons légèrement à l'écart du sentier une terrasse herbeuse avec quelques rochers pour sièges. Le repas se fera avec une vue allant de la Montagne de la Seigne au sud au Mont Dolent au nord, de la frontière franco-italienne à la frontière franco-italo-helvète. Le tout sans vent et avec une température des plus agréables. Une fabuleuse terrasse panoramique, ensoleillée et calme.


Sous notre regard, nous retrouvons des lieux vus et traversés quelques années passées lors de notre TMB (Tour du Mont-Blanc) en 2009. Les souvenirs reviennent. Le passage du col de la Seigne, le glacier noir de Miage et son lac, le Mont Chétif, les refuges Elisabetta Soldini et du col Chécroui. Que du bonheur ! Nous avions passé plus de trois jours sur ce Val Veny et Ferret italien, nous perfusant de cette splendeur montagnarde. Les souvenirs sont encore bien vivaces.

De nombreux lacets nous font dévaler cette moraine avec un vue frontale sur les Grandes Jorasses et la Pointe Walker. Un plateau entrecoupé de coulées de pierres, nous mène à l'Alpe supérieur de Gioé, face au glacier de Frébouze.

Je retrouve ces maisons d'alpage implantées sur le rebord du plateau, soit, un peu moins ensoleillées qu'il y a sept ans, mais le côté grandiose de la situation persiste.


Nous traversons le pont, passons l'alpage supérieur de Malatra en ruines et gagnons la terrasse du refuge Bonatti. C'est dimanche et jour de passage de l'ultra-trail. Il est 13h15, c'est ... le coup de feu pour tout le personnel. J'avais prévu de finir notre périple avec ce dernier hébergement, restant sur l'excellente impression de notre précédent passage. J'ai tout faux. Inutile de dire que lorsqu'à 15h30 s'ouvrait l'accès aux étages, c'est ... l'affluence comme chez Harrod's à Londres un jour de soldes, avec la même langue commune tant il y a d'étrangers. Nous sommes les premiers dans le dortoir, au moins choisissons nous nos places.

Le dortoir sera vite plein, tout comme les chambres. D'une capacité annoncée de 80 places, je compte le soir à table 102 convives. A tel point qu'à 18h30 le personnel fait évacuer l'ensemble de la salle à manger et bar pour préparer les tables jusque devant le comptoir de ce dernier. Ce soir à table c'est en anglais que je "converserai" avec un couple néo-zélandais voisin et des israéliens en face.


Dehors les candidats de l'endurance-trail se ravitaillent au stand placé sur le côté du refuge ... aux pieds des fenêtres de notre dortoir. Jacky les entendra toute la nuit. Moi j'ai fermé les écoutilles et enfoncé fermement les boules Quies, les "vraies" celles en cire ! Et dehors, il pleut depuis 19h00 ...

Quand je disais que j'avais tout faux !

Il est temps que l'on rentre à la maison.

Pour le personnel ce fut un dimanche de folie car en plus d'être plein, le refuge sera ouvert toute la nuit pour le 4K.

A suivre Refuge Walter Bonatti - Courmayeur





Article mis à jour par Philippe Chopin
le 24/02/2017
Hits 2.638

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Réactions et Commentaires

Voir les 1 commentaires

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire