Tour des Encantats - Refuge d'Estany Llong - refuge Colomina

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

Tour des Encantats
logo Encantats

Journée découverte sur le 4ème jour de randonnée du Tour des Encantats. Un nouveau vallon est au programme avec ses lacs, ses histoires et les curiosités du parc national.



Vendredi 25 août 2017
7h35 – 13h30 soit 5h55 de "marche" pour 850 m de dénivelé

Voyez ici pour le Road Book Refuge Colomina


Je suis toujours étonné de voir des gens se lever à 6h00 pour les retrouver à 6h50 dans le réfectoire pour un petit déjeuner dont l'ouverture n'est qu'à 7h00. Petit déjeuner frugal, à mon goût, car si il y a 2 barquettes de confitures, un petit paquet de 5 biscuits, un de deux "palmito", un mini cake et du beurre, il n'y a qu'une tranche de pain de mie. Après le premier "coup de feu" je demanderai au gardien quelques tranches supplémentaires, données sans problème.

Nous partons en groupe ce matin ; nos trois compatriotes, Jean, Jean Noël et Anthony qui font le tour en 7 jours, et les trois espagnols suivis de près toute la journée d'hier dans l'ascension du collet de Contraix, (un jeune couple et probablement le père de l'un d'eux). Mais rapidement, tout ce petit monde prendra son rythme et nous fermerons la marche dans l'ascension. Car c'est dès le départ que nous allons monter. Un large chemin parcourt le flanc des Corticelles. Fortement aménagé, avec murs de soutènement et agencement des rochers lors de la traversée des deux premiers éboulis, il domine désormais la vallée de notre départ de plus de 400 mètres. A quelques exceptions près, le chemin, fort praticable sur toute l'étape sera l'opposé de notre matinée précédente. Les vieilles articulations lui diront merci ! Le soleil nous réchauffe et éclaire de magnifiques vieux pins.




Sur le flanc opposé, la vallée de Contraix commence elle aussi à s'éclairer. Nous revoyons avec une vision plus aérienne notre descente d'hier après-midi. Nous allons quitter sa vue car peu à peu notre trace prend la direction d'un vallon orienté sud-est, faisant un angle droit avec celui où se situe le refuge d'Estany Llong. Les premiers lacs du vallon de Dellui font leur apparition. Ceux ci bénéficient d'une restauration de leur milieu naturel et nous voyons quelques câbles tendus sous l'eau. Ils supportent des filets destinés à capturer les poissons anciennement introduits pour la pêche de loisir. En les éliminant le parc national permet une restauration naturelle du milieu aquatique de ces lacs et par la même le retour du triton pyrénéen dont les œufs et juvéniles étaient auparavant dévorés par les poissons. Je fais un petit détour pour voir en surplomb l'Estany de Dellui et sa presqu'île. La vue est superbe et deux randonneurs, adeptes du bivouac d'après leur chargement, viennent de se poser sur ses rives.




Je rejoins mes amis sur la trace et une heure après nous atteignons le sommet de la Colladeta de Dellui à 2577 m. La vue s'ouvre sur une série de lacs de petits barrages dont le premier est en partie vide. Les lacets du début de la descente sont raides mais le terrain est plutôt souple et non piégeur. Nous sommes dans la partie supérieure d'un alpage. Les cloches des vaches animent le vallon et nous en repérons quelques unes sur les plages du lac. Dans le goulet d'un torrent presque à sec, un troupeau vient s'abreuver dans les rares flaques qui parsèment son lit. Sur la carte, l'Estany de l'Eixerola et celui des Cubieso n'en forment qu'un. Mais aujourd'hui une petite langue de terre les sépare tellement le niveau d'eau est bas. Aussi en contrebas de la digue, la passerelle passant sur l'exutoire du premier, ne franchit qu'un lit à sec.




L'Estany de Mariolo apparaît sous la digue des deux premiers. Avant le chemin passait en contrebas du mur du barrage. Depuis, une main courante a été aménagée sur le faite du barrage et c'est ainsi que nous le traversons. En s'élevant d'environ 50 mètres le sentier offre alors une vue panoramique sur le bassin de retenue.



Une pâture longe une crique de l'Estany Tort, un petit ressaut la suit. A l'abri du vent nous en profitons pour sortir nos repas des sacs à dos. Depuis une demi-heure le soleil s'est voilé et une légère brise s'est levée.

C'est sous un ciel laiteux que nous descendons vers la digue de l'Estany Tort. Nos trois acolytes français sont en pause : pique-nique, et même baignade. Anthony y plongera le corps entier, Jean-Noël, les pieds et Jean restera sur la rive au sec. Une sente nous mène le long d'une paroi rocheuse tombant directement dans le lac. Le chemin doit être autre. Facilement nous contournons le rocher poli par les glaciers et franchissons le déversoir du lac.

A partir de là une petite voie ferrée à largeur étroite longe la rive. Les traverses métalliques sont parfois gravées d'un "Decauville 1887". La voie fut aménagée afin de véhiculer les matériaux nécessaires à la construction des différents barrages de la vallée. Débutée en 1911, elle concerna un ensemble de 27 lacs dans ce secteur, le Vall Fosca. En fond de vallée l'Embassada de Sollente barre la vallée de son énorme digue, barrage bien plus massif que les quelques digues traversées et datant de la même époque.



Nous suivons cette voie ferrée d'environ 60 centimètres de large. Formée d'éléments entièrement métalliques, rails et traverses, elle pouvait être démontée et transportée facilement. La date inscrite sur les traverses (1887) indique sûrement un réemploi car ici les travaux ne débutèrent qu'un 1911. A cette époque, et en ce lieu, les wagonnets étaient poussés à la main ou tractés par des mules. Nous suivons cette inattendue voie ferrée durant un demi-kilomètre avant de prendre à gauche un raidillon rocheux vers le refuge de Colomina.



Désormais en surplomb, nous la voyons cheminer jusqu'à un portique. Un second est encore sur pied un peu plus bas. Ce sont les restes de la liaison aérienne menant à la tête de notre voie ferrée. Une dernière montée nous projette sous la digue de l'Estany de Colomina. Le refuge jouxte celle-ci. Construit en 1947, il était connu à cette époque comme le "Chalet Keller", nom de l'ingénieur suisse qui y habitait et dirigeait la première centrale hydroélectrique de l'Etat espagnol. Il fut sérieusement remanié et agrandi il y a quelques années, ce que nous confirmerons quelques hôtes espagnols qui ont connu l'ancien refuge. C'est vrai que nous bénéficions de superbes blocs sanitaires, de chambres refaites et de dortoirs bien moins grands. Un bel accent de modernité !


Etape suivante : Refuge Colomina - refuge Josep Maria Blanc





Article mis à jour par Janol
le 27/02/2018
Hits 840

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire