Dosage boisson de l'effort et de récupération

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Cyclisme

logo blog

En longue distance, le dosage de la boisson énergétique ne suffit pas. Ne faudrait il pas y ajouter une boisson de récupération.


Paris Brest Paris, 1.000 du sud, voyage au long cours ...
Autant de distance et d'épreuves qui m'attendent ces semaines ci. La boisson ne peut être que de l'eau, il convient d'avoir un apport en énergie et qui soit assimilable durant l'effort.

La boisson énergétique

Une boisson énergétique peut très bien convenir à l'effort de longue distance. Avec des sucres lents, la boisson repousse le moment où l'énergie baisse. Une boisson du marché peut faire l'affaire, tout comme une boisson maison. Pour ma part et question de budget, la mienne est composée de Malto-dextrine dosée à 30 ou 40 g par litre.

Durant une épreuve longue distance, ce type de boisson est très bien puisque ce n'est que de la poudre que l'on dilue dans de l'eau. L'eau provient soit des contrôles, soit est achetée en cours de route, la poudre de la boisson énergétique est transportée (faute de pouvoir l'acheter en pharmacie de manière certaine)
Pour Paris Brest Paris, je compte ainsi 6 x 40 g, soit 240 gr

Mais la boisson énergétique ne suffit pas. En longue distance, il convient d'avoir une boisson de récupération.

La boisson de récupération

A quoi sert elle, puisque la course / randonnée n'est pas terminée
Cette boisson, même si elle est prise durant l'effort. permet de refaire le plain notamment de sel minéraux, en plus d'hydrater.
Contrairement à la poudre de la boisson énergétique celle si peut se trouver facilement en épicerie. Mes préférences vont définitivement vers les boissons riches en sels minéraux et en bicarbonate de potassium (effet tampon).
Mes marques favorites sont clairement et dans l'ordre de préférence liée à leur efficacité : Saint Yorre, Badoit, Vichy Celestins.

Pour assimiler les boissons apportant de l'énergie et celles favorisant la récupération, il y a deux écoles, soit alterner l'une et l'autre, soit enchainer l'une et l'autre, jusqu'au prochain ravitaillement.

Avec ces deux boissons, tous les besoins sont couverts par rapport à l'effort : hydratation, apport en énergie, apports en récupération.

Ce double aspect de l'hydratation a été testé durant Paris Brest Paris 2011 avec une énergie constante sur les 1.230 km, absence de crampes ou de douleurs liées à l'effort, pas de sensations de jambes lourdes.
Pour 2015, le même choix de boisson est fait sur les épreuves que seront Paris Brest Paris en Aout, le 1.000 du sud en Septembre.



Toutes les questions que vous vous posez sur PBP se trouvent dans la Foire aux questions Paris Brest Paris



Article mis à jour par Janol
le 07/08/2015
Hits 848

Catégorie : Publication Cyclisme


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire