Montée du col de l'Espigoulier pédestre

  1.  Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Running

Au départ de Gemenos, la montée en course à pied du col de l'Espigoulier qui culmine à 725 m.



Il est des préparations sportives qui tiennent à la fois de la véritable préparation physique et mentale et qui relèvent du défi. La montée de l'Espigoulier en fait partie.
L'Espigoulier, c'est tout d'abord un parcours vélo qui se fait au départ de Marseille sur 65 km.

Gravi par bon nombre de cyclistes par toutes les saisons de l'année, il est également gravi par les coureurs à pied au Printemps.
Dans le cadre de la préparation au 100 km de Millau, c'est une partie de la préparation mentale, dans son aspect défi.
Autant Millau est un parcours long et vallonné, autant ce parcours qui part à l'assaut de Bertagne est court et pentu par endroit, seulement 11 km et une altitude de 725 m avec 600 m de dénivelée.


Montée de l'EspigoulierLes passages difficiles de ce parcours se situent dès que vous laissez sur votre droite l'entrée du Parc de la Vallée de Saint Pons, le pourcentage s'élève ici. Plus loin, le premier virage en épingle, droite puis gauche, signifie le début de la plus grosse difficulté du parcours avec une route à flanc de vallée quasiment droite, assez longue et plus en montée qu'en faux plat. Cette partie difficile s'achève d'ailleurs par un virage sur la droite très pentu, ensuite virage à gauche et descente sur quelques centaines de mètres. Plus loin la route remonte avec un changement de revêtement pour faire place à une série de virages en épingle séparés par des portions en faux plat.
Lorsque la route change à nouveau de revêtement et devient plus étroite, le parcours est plus facile avec plus de portions plates, idéales pour récupérer ou pour allonger la foulée. A l'approche du sommet la pente se réduit pour un faux plat, puis s'ouvre sur une généreuse vue sur le Garlaban, Marseille, et le Cap Canaille.



Un tel exercice représente un bon test pour Millau permettant de vérifier la bonne adéquation entre le bonhomme et le travail de côtes sur une longue distance. Cela permet de vérifier le port du sac de boisson ainsi que son contenu. Cette montée s'est effectuée par une chaleur assez forte autour des 30 degrés, avec un léger vent.







Article mis à jour par Janol
le 24/07/2009
Hits 4.418

Catégorie : Publication Running


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire

Autres publications running

Adrénaline et la gestion de l'éffort

Quand on est jeune on veut aller vite, avoir des émotions fortes tout de suite. Avec l'expérience on veut aller loin, avoir des émotions plus puissantes.
(écrit le 06/12/2014 - lu 1.273 fois)


Le Millau du coeur et des larmes

Cela aurait pu être un 100 km de rêve avec de beaux paysages et une souffrance à la hauteur de la difficulté, mais ce fût mieux avec un parcours exigeant, pour lequel j'aurai donné du coeur, et des larmes.
(écrit le 05/10/2011 - lu 4.804 fois)


les 100 km de Millau

Millau, le cent km, épreuve ultra-marathon dans l'Aveyron connue bien au delà du Viaduc.
(écrit le 20/09/2009 - lu 7.460 fois)