Tour du Viso d'Alpetto à Crissolo

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo viso

L'étape du quatrième jour de randonnée au Mont Viso fait profiter du soleil pleinement et des paysages de manière grandiose. Le Refuge Alpetto laisse place au village de Crissolo, toujours en Italie et en raquettes.



Mercredi 25 Février 2009

J'ai réchauffé mon lit cette nuit, bien plus vite qu'hier mais les couvertures bougeant et glissant, je me suis réveillé plusieurs fois pour les replacer car le froid du dortoir était vif. Avec un poids plus important elles sont bien moins chaudes qu'une couette. Ce matin je me lève à 7h15 et après m'être habillé dans le couloir, je descends lire au calme dans la salle commune.

Départ 9h15, on monte sur le mamelon dominant le refuge et le lac. Juste à côté se situe la cabane du premier "bivouac dell'Alpetto". Elle sera reconvertie en musée. Le Mont Viso par son immense pyramide brunâtre aux raides couloirs enneigés veille sur l'ensemble.


Refuge AlpettoLe vrai départ se fait à 9h30. Philippe nous fait passer un par un devant lui. Il a mis son ARVA (Appareil de Recherche de Victime d'Avalanche) en mode réception et vérifie nos émissions respectives. Tout va bien, mais il ne vient à l'idée de personne de vérifier l'émission du sien !


Refuge AlpettoNous partons vers le nord, visant un petit col à 2423 m. situé sous la Rocce Sbiasere. Le soleil et le ciel bleu sont de nouveau au rendez-vous. Marcher vers le Nord est fort agréable pour le photographe car le soleil est presque toujours de dos et le randonneur bien moins ébloui.



Refuge AlpettoAu sommet le vent du nord souffle. Nous découvrons la combe Sbarrine qui remonte vers l'ouest au pied du Mont Viso. Celle ci conduit, vers l'est, le Rio Risdi au Pô près de Crissolo notre destination de la journée.



Mont VisoAu pied du Mont Viso on distingue le refuge Quintino Sella à 2640 m, dominé par les 1.200 m de la paroi du seigneur des lieux. La descente dans le vallon se fait en respectant les consignes d'espacement et en évitant les pentes supérieures à 30 degrés. Cela se fait facilement mais la neige est croûtée, tantôt portante, tantôt cassante. Nous quittons définitivement la vue du refuge d'Alpetto et de son vallon. Nous visons maintenant un petit col situé sous la Punta Forcion.
De larges lacets et une absence presque totale de vent nous donnent les conditions optimales pour apprécier le décor alpin. Philippe dit même que l'on pourrait se croire dans le massif des Annapurnas.

La nebbia, qui couvre d'un voile rosé les vallées proches, est bien plus dense au dessus de la plaine du Pô, ramenant la réalité à des régions biens plus proches. Mais il est vrai qu'il est rare de faire en raquettes un parcours aussi montagnard et élevé.



Sous la Punta ForcionDepuis notre entrée en Italie nous n'avons vu ni skieurs, ni randonneurs à raquettes. Nous étions seuls à Bagnour, seuls à Alpetto. Nous avons le sentiment que la montagne est à nous et sous son meilleur jour tant la météo est excellente. Nous avalons facilement les 150 m de dénivelé et concluons l'ascension par une longue pause. Trop longue à mon goût : je remets le Goretex, les gants, la capuche et me blottis à l'abri du vent sommital, de dos contre un rocher, la face au soleil. 11h50 nous repartons. Il faut dire qu'à côté des 1050 m de dénivelé d'hier, les 320 d'aujourd'hui laissent le temps au repos.

Nous découvrons le sommet des pistes de ski alpin de Crissolo. Nous préservant de la vue des pylônes, Philippe opte pour le vallon "delle Contesse". Nous nous y arrêtons déjeuner. Repas fini nous descendons jusqu'aux pylônes du télésiège. Philippe, au grand dam de Françoise, évite la piste damée sur la route et coupe en longue glissade à travers les courbes de niveau de la hêtraie. Il est vrai que Françoise est un peu hors propos sur ce circuit. Inscrite sur un autre parcours qui ne partait pas, elle nous dira que c'est le voyagiste qui l'a placée sur ce circuit trop ardu pour elle. A cela s'ajoute l'erreur de cotation car ce n'est pas la moyenne des étapes qu'il faut estimer mais bien les plus difficiles qui doivent coter le niveau. Nous perdons rapidement du dénivelé, en louvoyant entre les arbres, évitant les traces de skieurs ou de surfeurs car la neige y est transformée.

Nous atteignons Crissolo vers 15h00, retrouvant sur la place du village, nos hôtes de la veille buvant un verre à la terrasse de l'hôtel qui nous héberge. Philippe demande à l'aubergiste si il peut nous véhiculer le lendemain jusqu'à Pian Melze, point où nous aurions dû dormir si la route n'avait pas été coupée en fonction du risque avalancheux. D'ailleurs l'hôtelier lui fait bien préciser que c'est le matin de bonne heure qu'il effectuera le transfert, profitant de la bonne cohésion du gel nocturne. Nous avions vu lors de la descente les pare avalanches barrant la pyramide blanche qui descend de la Punta Sea Bianca. Au lieu dit Rocce Losere, le système mis en place protège les hameaux de Meire Chiavel et Pian Melze.

L'hôtel est superbe, les chambres très propres et bien agencées. Je me retrouve seul dans une chambre à 2 lits. Douche, WC, chauffage, prise de courant pour les batteries de l'appareil photo ... le luxe ! Je ferai un peu de rangement, prendrai une très bonne douche chaude et descendrai boire un chocolat chaud au bar. En discutant, nous remarquons que le torrent qui coule dans le village est le Pô.


Philippe CHOPIN


La 5 ème étape :Crissolo à Villar Pellice



Les étapes du Tour du Viso :

Mont Viso1 - Refuge Agnel

2 - Refuge Bagnour

3 - Refuge dell'Alpetto

4 - Crissolo

5 - Villar Pellice

6 - Refuge Jervis

7 - Echalp






Article mis à jour par Philippe CHOPIN
le 06/02/2010
Hits 2.721

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire