Tour du Viso de Villar Pellice au refuge Jervis

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo viso

Avant dernière étape du tour du Viso avec des rencontres pittoresques et un retour en refuge permettant un peu de repos, sous le soleil italien.



Vendredi 27 Février

J'ai terminé de lire ce matin le livre illustré des dessins de Robert HAINARD. Ni une étude scientifique, ni un roman, ce n'est simplement qu'une histoire naturelle rigoureuse de la vie des loups. Réveillé dès 7h00, je fus surpris d'entendre le chant des oiseaux. Mais il est vrai que nous ne sommes qu'à 700 m d'altitude et qu'ici point de neige. Ainsi, ce fut un délice de commencer cette journée ensoleillée par une lecture aussi agréable au lit, le petit déjeuner n'étant qu'à 8h00. Il n'y avait pas de chocolat à disposition. Je demande à la serveuse, elle veut le faire elle même. En me l'apportant, demandant si d'autres convives en voulaient, elle m'en propose un second. J'accepte, cela la fait rire et semble lui faire plaisir de me voir apprécier.

Ce matin nous faisons la liaison Villar Pellice - Villanova en navette. C'est l'hôtelier qui nous conduit au bout de la route du Val Pellice. Le déneigement s'arrête là. Départ à 9h30, nous allons au refuge Jervis en cheminant par la route. Un monsieur d'un certain âge, italien, nous avertit qu'il y a des arbres en travers de la route. En effet celle-ci est surplombée par de hautes montagnes voire par quelques falaises. Il fait chaud, on se met rapidement en tee-shirt.



Peira TagliaQuelques maisons s'accrochent aux endroits les moins exposés aux coulées. La vallée est vraiment encaissée. Nous saluons un vieil homme assis devant une maison, son chien à ses pieds. Sage, celui ci n'aboie ni ne jappe. C'est bien agréable. Le vieil homme échange quelques mots avec Philippe. Je le prendrais bien en photo car la scène est belle et un peu intemporelle. Mais je m'abstiens ... 15 secondes. Car ayant repris mon chemin, je vois le vieux monsieur, jumelles vissées sur les yeux, je déclenche sans trop cadrer. On verra bien le résultat. Sur le cône de neige de l'autre côté du vallon de Crosenna, un chamois solitaire déambule sans crainte.

Le chemin traverse le vallon, mais juste avant, une coulée me vaut une belle "gamelle". Cédant sous mon poids, mon pied droit s'enfonce dans la neige jusqu'au haut de la cuisse. Pour en sortir, je bascule sur le côté aval et malheureusement la neige s'enfonce encore plus et je me retrouve dans un trou d'un mètre de diamètre, complètement enseveli.
J'enlève une raquette, me relève, sort le sac à dos, rechausse dans mon trou et sort enfin au jour. Il faut maintenant enlever la neige du pantalon, des chaussures et du sac à dos, en particulier autour de la ceinture. Je rejoins mes compagnons qui faisaient la pause. La poursuite du chemin, se fait en s'espaçant, en particulier sur le cône neigeux où évoluait le chamois et que nous traversons distants chacun d'une centaine de mètres.



Pian dei MortNous venons d'entendre un long bruit sourd, comme un avion de ligne qui resterait sur place. Ce sont les couloirs qui se purgent. Nous traverserons deux très grosses coulées, endroits chaotiques où la terre se mélange à la neige. Enfin nous rejoignons le chemin du fond de la vallée, qui, en longeant le torrent, montait directement de Villanova. Alternant regroupement et marche espacée d'une vingtaine de mètres nous traversons Pian dei Mort.
Nous échangeons quelques propos sur l'inconscience des grimpeurs d'une cascade de glace où l'eau coule en arrière plan entre rochers et glace.




Pian dei MortUn passage un peu raide pour accéder au premier pont se fera sous l'aplomb d'une falaise. Rapidement, je coupe par un chemin plus vertical pour y passer le moins de temps. Enfin la Conca del Prà ( cuvette du pré) se dessine. Le pont passé nous devinons le grand cirque que ferme au loin le col Selliere. A 12h30 nous arrivons au refuge Jervis.

Refuge Jervis et Conca del PràNous déjeunons sur la terrasse en plein soleil. Nous prenons ensuite possession de notre dortoir et prévoyons un départ à 14h00 pour un aller retour aux granges "del Pis". En 1h15 nous irons voir ce joli groupe de maisons où la hauteur de neige est telle que seule la poutre faitière apparait. Les maisons les plus proches du pied de la pente sont totalement recouvertes laissant juste deviner leur présence par une petite bosse de neige.




Refuge Willy JervisL'après midi, nous discuterons en sirotant, laissant doucement le temps filer jusqu'au repas de 19h30. Le refuge est occupé par le groupe de skieurs de Visages et un groupe de belges qui finissent un stage de cascade de glace sur la semaine.

Au repas le soir, pendant que nous dégustons les petits poivrons rouges farcis de câpres et anchois, arrivent les derniers belges. L'un d'eux, complètement explosé, rentrera dans la salle commune crampons à glace aux pieds sur le plancher. Tout le monde est interloqué, voire offusqué par un tel manque de savoir vivre. La fatigue, seule peut excuser ce genre de sans-gène. La nuit fut calme. Le vent qui soufflait hier soir est tombé. De toute façon nous sommes bien calfeutrés car l'un des employés du refuge, avant de fermer les volets, a intercalé entre vitres et volets de gros matelas de mousse.

Philippe CHOPIN



La déjà dernière étape relie le Refuge Jervis à l'Echalp



Les étapes du Tour du Viso :

Mont Viso1 - Refuge Agnel

2 - Refuge Bagnour

3 - Refuge dell'Alpetto

4 - Crissolo

5 - Villar Pellice

6 - Refuge Jervis

7 - Echalp






Article mis à jour par Philippe CHOPIN
le 11/02/2010
Hits 3.925

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire