Tour du Viso du refuge Agnel au refuge Bagnour

Articles sport Publications Randonnee

Tour du Viso du refuge Agnel au refuge Bagnour
logo viso

L'étape 2 du tour du massif du Viso nous mène du refuge Agnel au refuge Bagnour.


L'étape 2 du tour du massif du Viso nous mène du refuge Agnel au refuge Bagnour.

Lundi 23 Février 2009

Ce matin, lever vers 7h45 pour un copieux petit déjeuner. Le départ n'ayant lieu qu'à 9h00 nous avons tout le temps de nous préparer, de discuter, de taquiner notre guide ronfleur qui pour laisser dormir son collègue, a pris son matelas et a dormi dans la salle hors sac devant les toilettes (mauvais plan pour dormir).
Dehors le ciel est bleu et limpide, nous prenons la direction du col Agnel et je retrouve la borne frontière dont une face présente une fleur de lys lorsque l'autre côté, italien, est sculpté d'une croix de Savoie. Le Pain de Sucre et le Pic d'Asti nous dominent et le vent du nord glacial et soutenu me pique les oreilles. Nous basculons sur le versant piémontais.

Le refuge Agnel de loinNous prenons le vallon dell'Agnello, s'amusant des toilettes perchées au dessus de l'apic du refuge Mario Bottero. Un passage en devers se fera en s'espaçant d'une cinquantaine de mètres chacun. Nous dévalons ensuite, sans suivre la route dont les poteaux de signalisation émergent parfois, le vallon où la vue s'ouvre au sud vers la ligne de crêtes séparant le Val Varaita du Val Maira. Grâce aux jumelles de Philippe on distingue même les pylônes électriques du col de Sampeyre, passé en janvier. Nous perdons rapidement de l'altitude, la neige tantôt nous porte facilement, tantôt la croûte cède et nous "brassons" un peu.

Granges del RioUn couple de grands corbeaux attirent notre regard. Nous découvrons une carcasse de chamois sérieusement récurée. Le vent a soufflé les traces aux alentours, refermant la lecture de cette page de nature. Les corbeaux s'envolent, laissant la place aux observateurs humains. Ils reviendront rapidement dès que nous quitterons les lieux. Nous approchons de Chianale et découvrons un très joli hameau gardant l'entrée du Vallon de Soustra. Les Granges del Rio offrent un superbe tableau montagnard sous ce blanc manteau et ce ciel d'azur.

C'est en bordure de falaises que nous observons un chamois mâle. L'animal, solitaire, curieux, tout en gardant ses distances nous suit du regard. Il vient même se mettre en ligne d'horizon pour nous observer. La descente se fera en choisissant les pentes les moins exposées et s'espaçant lorsque celles-ci avoisinent les 30 degrés

Village de Chianale
L'arrivée sur Chianale sous le soleil me change du temps bouché du mois de janvier. Le village se prête magnifiquement à la photo et je ne me prive pas ; architecture typique, arrière plan montagneux, détails de construction, tout incite au déclenchement.

Philippe et mes quatre acolytes montent chez la soeur de Cristina (gérante du gite le Laghi Blu rencontrée en janvier). Je les rejoins quelques dizaines de photos plus tard. Ils finissent leur sandwich en buvant un coup. J'en profite pour commander un chocolat italien à la densité caractéristique (une cuillère tient debout dans la tasse). La soeur de Cristina m'explique qu'il y a de la farine de maïs comme épaississant. C'est délicieux.


Chapelle Sant AntonioL'émouvante et modeste chapelle Sant'Antonio, sur la rive gauche de torrent date du 14ème siècle. Elle fut l'église paroissiale du bourg de 1459 jusqu'à la fin du 17ème siècle. Sa façade est tournée vers l'ouest, vers le Dauphiné. C'est l'église San Lorenzo qui prendra le relais dès le 17ème et 18ème siècle.

Au pied du col, le village est tapi sous ses lauzes recouvertes d'une épaisse couche de neige. Je remonte la rue principale. Elle coïncide avec le tracé de l'ancien chemin royal qui relie le Dauphiné et la Châtellenie de Casteldelfino.
De nombreuses maisons d'origine médiévale avec leurs lourdes architraves de bois aux inscriptions latines ou françaises bordent la rue. Certaines portes sculptées virent au chef-d'oeuvre.

Un chauffeur nous permettra de faire la liaison, entre Chianale et Castello, en deux voyages. Quelques chamois broutent sur les parties herbeuses au dessus de ce dernier. Le chauffeur nous déclare que dernièrement 2 chamois furent mangés par les loups sur ce site.

Nous montons en deux heures au refuge Bagnour. Les frênes bordent le chemin soutenu par des murs de pierres sèches. Ce doit être un "GR" car il existe un balisage rouge et blanc. Quelques alisiers blancs, des framboisiers sauvages, des groseillers à maquereaux dont les tiges avec des piquants ressemblent à l'épine vinette, poussent à cette altitude basse. Mais peu à peu les feuillus disparaissent laissant la place au mélange mélèzes cembros. Et puis très rapidement les mélèzes s'effacent. Nous pénétrons dans la plus grande cembraie d'Europe. Par bande, les cassenoix mouchetés animent la forêt. 4, 5, 7 oiseaux ensemble s'envolent et se perchent sur les cimes quelques mètres plus loin. On entend le cri du corvidé mais aussi un son bien plus mélodieux. En arrivant à Bagnour, le lac est toujours sous la neige. Sur la crête orientale, une volée de 20 chocards ou corneilles tournoie autour d'un aigle juvénile. Puis la majorité décroche et plonge dans la vallée.

Scooter des neigesAu refuge de Bagnour, un ancien scooter des troupes alpines italiennes

Livio et Elisa nous accueillent avec leur problème d'alimentation en eau. C'est de la neige fondue qu'ils récupèrent pour la cuisine et l'eau de la toilette. C'est une eau pompée, peut-être dans le lac, qu'on utilise pour l'évacuation des toilettes.
Le thé est toujours offert et nous le prenons en terrasse au soleil. De plus en plus rasant, il nous faudra rentrer au chaud. La toilette se fera au gant car l'eau est toujours aussi froide qu'en janvier, mais plus rare encore car elle ne coule plus du robinet mais provient cette fois d'un jerrican. Un bonne friction me lavera et c'est le corps fumant que je finirai de me nettoyer.

Le repas sera composé de polenta, de quiche, de salami en entrée puis d'une assiette de torti sauce tomate, avant la tranche de jambon grillé et haricots verts. En dessert une part de tarte aux myrtilles, un peu de chantilly et un gâteau Chirac, le fameux gâteau dont la recette lui a été donnée par le fils illégitime de Chirac, propriétaire d'une chocolaterie au Brésil !
La soirée s'écourtera et nous nous couchons vers 21h45, dans ce dortoir toujours aussi froid mais aux couettes moelleuses, bon augure pour la chaleur d'un cocon nocturne.


Philippe CHOPIN


Le jour d'après : Etape 3 du séjour en raquettes autour du Viso



Les étapes du Tour du Viso :

Mont Viso1 - Refuge Agnel

2 - Refuge Bagnour

3 - Refuge dell'Alpetto

4 - Crissolo

5 - Villar Pellice

6 - Refuge Jervis

7 - Echalp




Article mis à jour par Phortail
le 02/02/2010
Hits 3.290

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer - Imprimer.

Voyez également nos récits de sport.

Réactions et Commentaires

Voir les 1 commentaires

Commentez cet article


Autres publications randonnée


Pagination :  2 suivants