Combien de temps une barre de céréales met elle pour faire de l'effet sur le sportif.

  1. Articles sport
  2. Publications Cyclisme

Une barre de céréales, un ravitaillement énergétique ne fait pas effet tout de suite sur le sportif, un certain temps se passe.
Mais de combien est ce temps, peut-on alors envisager de calculer sa consommation en carburant de l'effort ?




Deux petites expériences pour étayer la réflexion sur le temps que prends un ravitaillement énergétique à être disponible pour l'organisme.
La première situation est celle de Paris Brest Paris, la seconde s'est déroulée sur une sortie intense de 140km.
Les enseignements sont riches.

Expérience sur Paris Brest Paris

Paris Brest Paris 2011, je roule seul vers Paris, il me reste moins de 250 km à faire. Jusque là ma consommation en ravitaillement a consisté depuis le départ à m'alimenter de manière régulière.
Une portion de riz ou de pâtes un contrôle sur deux (env 180 km), puis j'embarquais dans mes poches un lot de ravitaillement pour les 180 km qui suivent jusqu'au prochain contrôle riz / pâtes.
Dans ce lot, des barres de céréales, des fruits secs, des biscuits énergétiques, des galettes Méli bien grasses et au miel, un bon lot de ravitaillement qui a donné durant ces 1.000 km de bons résultats.

Mais km 250, je commence à en avoir marre de manger en continu et décide de faire une pause.

En certains temps après, je ne me souviens pas du délai, je commence à avoir mal aux jambes alors que jusque là tout allait bien.
J'insiste un peu, ça ne passe pas et le rythme de pédalage s'en ressent, je fatigue moralement.
Je me remets alors dans les conditions des 1ers 1.000 km et je m'alimente de nouveau. Environ 20 minutes après, mes bonnes sensations reviennent, je n'ai plus autant mal aux jambes, j'ai de nouveau envie de pédaler alors que ma cadence de pédalage est magiquement revenue.
Je garderais cet épisode comme révélateur des besoins du cycliste en endurance : s'alimenter en continu, tout comme une locomotive à vapeur.
Sur un second plan je rajouterai le sommeil, mais ce n'est pas le propos de cet article.
Paris Brest 2011 est passé, désormais nous sommes en 2017 et toujours sur le vélo ! Une seconde expérience est venue apporter son lot d'enrichissements, de savoirs.

Expérience sur une sortie intense de 140 km



Cette expérience s'est déroulée sur un 140 km sur une sortie solitaire.
Le premier 70 km s'est fait gentiment en 2h45 avec une barre de céréales consommée.
La seconde barre est avalée après le km 70 et le gros braquet est mis. Je roule à 30 / 32 km mais à une cadence qui fait consommer de l'énergie contrairement à la première partie de la sortie où je moulinais au dessus de 100 t/minutes.

Km 115, j'ai la sensation que mon estomac est vide, avec une douce envie de vomir, j'ai déjà eu cette sensation il y a 15 jours. Je sais quoi faire, je quitte le gros braquet immédiatement, j'attrape une barre de céréales, en avale une partie, je bois un peu et me trouve un coin pour faire une pause.
Je suis complétement fatigué, vidé, sans énergie, la tête ne suit pas, j'ai pas envie de rentrer, je ne veux plus pédaler et souffrir, je suis mal.
Je termine ma barre de céréales, tranquillement, je m'hydrate et regarde les cyclistes passer, ils vont vite ! Quel est leur plaisir, je ne les comprends pas !

J'y vais ? non pas encore ! Maintenant ? non pas encore prêt. Je commence par rattacher mon casque, mais je ne suis pas encore debout. On y GO ? non !!

Et a un moment donné, je me relève et je repars. Je suis resté 15 minutes à récupérer.

Je repars mais alors doucement : petit braquet, cadence 67 tours par minute, je ne peux pas aller plus vite. La tête ne tourne pas très rond, j'ai l'impression que je suis lent, à moitié endormi, pas réveillé, je suis dans un état second, spectateur du monde présent.

Et je patiente ainsi, j'arrive à rouler sur un pignon plus petit, mais seulement à une cadence de 80. En principe je tourne à 90 sur ce pignon.

Et puis les minutes passent et cinq minutes après être parti, soit 20 minutes après avoir ingurgité un bout de barre, me voilà à avoir envie de pédaler, le cerveau donne de nouvelles informations, sensations, envies. Je tourne maintenant à 90. Je suis plein d'énergie, d'un peu juste une barre.
Je bois d'avantage (eau et miel) pour faire durer cette énergie plus longtemps et je continue à mouliner. Me voila de nouveau à 30 km/h !
Il y a une demi heure j'étais assis sur un banc, exténué !

3 barres de céréales pour un effort de 6 heures sur 140 km de plat est alors un peu juste, d'autant que le régime de riz et pâtes a été plutôt oublié ces derniers temps vu que la saison n'est pas chargée.
A fortiori avec un dénivelé plus élevé, l'alimentation doit suivre, et de manière inversement proportionnelle sur une distance plus courte.

Je reste fortement impressionné par le comportement de l'organisme qui se met en sécurité en forçant l'arrêt, diminuant l'envie de pédaler lorsque l'énergie fait défaut.
Être à l'écoute de son corps demeure une règle, encore faut il comprendre ce qui se passe et être en mesure de corriger.
C'est une bonne expérience à faire en conditions d'entrainement pour ensuite reconnaitre l'alerte par les signes envoyés et faire ce qu'il faut dans le triple choix que sont les essentiels : manger des sucres lents, boire de l'eau, dormir un minimum.




Article mis à jour par Janol
le 28/05/2017
Hits 2.391

Catégorie : Publication Cyclisme

Faites passer Imprimer

Récits de sport

Sur le même sujet :

Montréal Québec avec vues aériennes de drone

Montréal Québec avec vues aériennes de dronePascal vient d'effectuer Montréal Québec à vélo et avec son fiston, fana de drone, il nous revient avec de formidables vue aériennes.


Pneus d'hiver vélo

Pneus d'hiver véloRouler dans la neige en ville pour aller au travail nécessite des pneus adéquats. Lorsque l'on roule toute l'année en 700, que peut-on utiliser comme pneus pour du vélotaf hivernal ?


Les galettes Méli en endurance

Les galettes Méli en enduranceIl y a quelques années, au détour d'une randonnée, il m'a été donné la possibilité d'utiliser autre chose que des barres de céréales. En endurance et notamment à vélo, il y a peu d'alternative aux barres de céréales, aux gels et autres gâteau sport.


Les apports de l'expérience en endurance vélo.

Les apports de l'expérience en endurance vélo.Le vélo est un sport difficile et peut-être même pire encore que vous ne pouvez le penser. En endurance, le vélo c'est quoi ?


De Montréal à Hawkesbury en reco du 1.000 km

De Montréal à Hawkesbury en reco du 1.000 kmDernier entrainement avant le 1.000 km du 30 juin, un seul objectif : reconnaitre un bout de parcours, histoire de prendre un peu plus de confiance.




Autres publications cyclisme

Premier brevet de vélo, premier marathon, premier Paris-Brest-Paris

Difficile choix que celui de participer rapidement à une première épreuve ou décider d'attendre d'avoir plus d'expérience et peut-être plus de plaisirs.
(Écrit le 08/09/2020 - lu 142 fois)


Randonnée de bosses vers Saint-Donnat-de-Montcalm

Après les sorties de plaine ou celles en altitude, un besoin de monter encore plus est venu trouver ce parcours vélo de 300 km dans les Laurentides.
(Écrit le 05/09/2020 - lu 74 fois)


Comparer Paris-Brest-Paris et le Mille du Sud

Il peut être tentant de faire une comparaison entre Paris-Brest-Paris et le Mille du Sud, tant les épreuves semblent proches et que la majorité des cyclos participent aux deux distances. Essayons de voir comment elles diffèrent.
(Écrit le 01/09/2020 - lu 1.530 fois)



Pagination :  7 suivants