L'aventure de la randonnée à vélo sur PBP

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Cyclisme

logo Paris-Brest-Paris

Trois lettres qui reviennent d'actualité tous les quatre ans sur 1.230 km d'aventure à vélo.



C'est sous le signe de l'Aventure que l'Audax Club Parisien présente son édition de Paris Brest Paris

Prêt pour l'aventure? avec une des plus grandes expériences de votre vie de cycliste.

Il est vrai que l'aventure est devant le guidon : plus de 1230 km, 90 heures de délais, de trois à quatre jours de vélo avec des problèmes à résoudre : ceux liés au temps passé à faire le même geste et ce depuis les pieds coincés dans les pédales automatiques, aux mains et poignets qui sont au contact du guidon, aux cervicales qui supportent le poids de la tête et du casque et enfin aux os du bassin qui supportent, durant ces heures de selle, le poids du cycliste, arnaché d'un éventuel et pas utile camelbak.

De plus durant ces journées de vélo, il faut s'attendre à rencontrer de jour comme de nuit, une météo qui varie d'une saison à l'autre, voire sur les quatre saisons et que si le vent souffle à l'aller dans le dos, il soufflera de face au retour, sauf si il tourne.

A cette difficulté de la distance et au delà de l'effort musculaire qui somme toute n'est pas l'essentiel de la difficulté, vient s'ajouter la difficulté liée au fait de rouler de nuit : s'éclairer, voire la route, voire la route de nuit sous la pluie ou la bruine bretonnante, gérer le froid du petit matin avec la bonne protection vestimentaire, gérer son sommeil si on décide juste de terminer dans le temps imparti (90 h) et de prendre tout ce temps là, rouler au plus vite en dormant un minimum et en luttant contre le sommeil pour terminer en moins de 45 ou 50 heures. Gérer son alimentation et son hydratation sur tout le parcours. Gérer le parcours et ses bosses car ni la Bretagne en particulier, ni PBP en général, ne sont plats. Il y avait plus de 10.000 m de dénivelé en 2019.

Alors oui, en ce sens, Paris Brest Paris est une aventure.

C'est une aventure complète, totale, et qui peut se résumer à trois dimensions : l'homme, sa machine, le temps.
Deux types de cyclos participent à PBP, il y a d'un coté "les assistés", cela n'est pas péjoratif ! Même si PBP n'est pas une course, ceux là veulent arriver vite à l'arrivée et passent peu de temps aux contrôles, le temps de tamponner, de manger un morceau et c'est reparti, certains prennent le temps d'emporter une musette, d'autre pas, un simple plat de pâtes à Brest suffit, certains ne dorment pas, d'autres grimpent au contrôle dans le camping car ou la voiture d'assistance.

De l'autre coté, il y a les "furieux de la route", terminer la randonnée à 15 km/h de moyenne ne les effraie pas, ces cyclos là sont plus proches de la vraie légende PBP, il y a plus d'échanges entre les cyclos qui ont plus de temps de toucher de l'humain, avec les autres cyclos, avec les spectateurs acteurs au bord des routes, avec les organisateurs, le staff. Il n'y a qu'à voir l'ambiance qui règne à l'arrivée au Rond Point des Saules, le jeudi après midi lorsque "les 90 heures" arrivent de leur épopée !

Et si le cycliste part sur l'aventure du Paris Brest Paris, c'est qu'il veut sans doute se convaincre qu'il maitrise chacune de ces trois dimensions.





Article mis à jour par Janol
le 06/09/2011
Hits 2.506

Catégorie : Publication Cyclisme


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire