Alimentation du sportif

Alimentation

Alimentation du sportif



L'alimentation apporte les matériaux nécessaires à la construction et à la réparation des structures de l'organisme, et assure la restauration des réserves énergétiques.

La pratique sportive n'impose pas de grandes modifications à une alimentation saine et équilibrée, exception faite des épreuves de longue durée, et de celles qui se déroulent dans un environnement particulier (montagne, lieu marin, etc.).

Il n'est donc pas nécessaire de parler de "régime pour sportif', mais d'adaptation de l'équilibre nutritionnel aux divers épisodes de la vie sportive.




IV.1 - La couverture énergétique globale :

En moyenne, l'alimentation est très souvent identique pour de nombreux sportifs, quelle que soit leur discipline.

Seules les exigences nutritionnelles de la compétition apparaissent plus spécifiques.

Le sportif mange plus que le sédentaire mais il adopte les mêmes choix d'aliments.

De ce fait, il reproduit les déséquilibres de la balance énergétique constatés chez le non-sportif :

 • Apports insuffisants en glucides à absorption lente : pain, riz, semoule, féculents, céréales, légumes secs, pâtes, au bénéfice des "produits sucrés rapides" (sucre raffiné, pâtisserie industrielle, bonbons, sodas, fast-food) véritable toxicomanie de certains sportifs.

 • Corps gras d'origine animale consommé en excès (beurre, huile, sauces, graisse de constitution de la viande et des oeufs, graisse de cuisson ou d'assaisonnement), au détriment des graisses végétales et des corps gras apportés par les poissons et les produits marins.

 • Consommation trop importante de viandes (au détriment des oeufs, du poisson et des protéines végétales), de sel de cuisine, de boissons alcoolisées (bière, cidre, vin)

 • Apport insuffisant en fibres alimentaires (divers pain complets, légumes, fruits) qui facilitent le transit intestinal.

Les déséquilibres constatés sont en partie liés à deux aspects de l'alimentation moderne

 • Tout d'abord, dans notre société de "biens nourris", les habitudes alimentaires du sportif, qui perturbent l'équilibre nutritionnel, sont des erreurs par excès (surcharge calorique), ou par déficit, dû à un manque de variété des produits ingérés (mono-alimentation).

 • Ensuite, le "prêt à manger" industriel renforce un grignotage envahissant pour certains pratiquants dont la ration, qui comporte jusqu'à 40% de "calories vides" (de vitamines, de minéraux), est aux limites de la carence.

Le sportif aura donc le soucis de diversifier son alimentation, de rendre ses repas appétissants.

En pratique, il peut s'aider de la formule de Creff (le 421 GPL que nous verrons plus loin) qui, par la variété qu'elle impose, permet d'éviter bien des erreurs alimentaires.

Il est important de retenir une alimentation normale sans trop de changements brutaux de l'habitude alimentaire.

Il faut souligner qu'une alimentation normale, ou riche en glucides, permet de restaurer en 24 heures un stock de glycogène.

Le sportif veillera donc à prendre un supplément d'amidon (100 g de pâtes, de riz), la veille et le jour de l'épreuve sportive.



IV.2 - Le contrôle du poids :

C'est l'objectif poursuivi dans les activités où le transport du corps représente un coût énergétique déterminant.

La gestion du poids est un objectif à long terme.

Le recours à un équilibre hydrique momentané (diurétique, sauna) et aux anorexiques, impose un stress organique dangereux et préjudiciable à la performance.

Aussi l'amaigrissement progressif est-il réalisé au détriment de la masse grasse dont les réserves sont oxydées au cours des efforts prolongés.



IV.3 - L'alimentation avant la sortie :

L'alimentation avant l'effort vise à préparer l'organisme et lui permettre une fabrication un peu plus importante que d'habitude de nutriments qui seront directement assimilés lors de l'exercice (glycogène).

 • Le dernier repas important doit être pris au moins 3 heures avant le départ

 • La ration doit être facile à digérer.

 • Elle doit être équilibrée (règle du 421 GPL)

 ⇒ 4 rations de glucides
 ↳ 1 de crudité (légumes "natures")
 ↳ 1 de crudité (légumes verts cuits)
 ↳ 1 de féculent (pain, légumes secs, riz, pâtes)
 ↳ 1 de "sucreries" (gâteau, bonbon, chocolat)

 ⇒ 2 rations de protides
 ↳ 1 de protides laitiers (lait, fromage)
 ↳ 1 de protides non laitiers (viande de préférences)

 ⇒ 1 ration de lipides
 ↳ 1/2 de graisse animale (beurre)
 ↳ 1/2 de graisse végétale (huile)

 • Il est indispensable d'apporter au repas précédent le départ :
 ⇒ du sel de sodium: saler ses aliments plus que d'habitude.
 ⇒ des fruits et jus de fruits (sauf les jus d'agrumes qui peuvent provoquer des brûlures d'estomac)

 • Il faut éviter les boissons alcoolisées.

IV.4 - Pendant la sortie :

L'alimentation au cours de l'effort vise à réduire les déficits liés à la dépense énergétique et à la charge thermique.

Mais l'activité digestive entre en concurrence avec le Fonctionnement musculaire.

Aussi la ration ingérée doit elle minimiser les actions mécaniques et chimiques de la digestion.

Elle est liquide ou pâteuse, et directement assimilable.



IV.4.1 - Il faut boire de l'eau Glucosée

Le glucose est le carburant du cycliste : la chute du glucose sanguin à la suite d'effort se traduit par la fringale ou le coup de pompe.

L'idéal serait de boire toutes les 20 minutes la valeur d'un demi bidon d'eau glucosée (pour les proportions se reporter à la première partie de l'exposé).



IV.4.2 - L'alimentation solide :

Elle doit être

 • facilement assimilable et digeste.

 • pratique à emporter et à employer

 • sous un volume peu encombrante et elle doit respecter les habitudes alimentaires et les goûts de chacun.

IV.4.3 - Jusqu'à 70 km

Jusqu'à cette distance, on peut se contenter de la boisson sucrée.

Mais il est souhaitable de grignoter tout en roulant

 • pâte de fruit, pâte d'amande.

 • fruits secs (abricots, pruneaux, figues, ...)

 • pain d'épice.

 • chocolat.

 • nougat.

Ces trois derniers aliments ont l'avantage de contenir, en plus des glucides, des lipides aliments de réserve

Le chocolat est un produit déshydraté riche en sucre et en graisse, il a une grande valeur énergétique, et ce quelque soit le chocolat.

Il a des propriétés toniques (un peu de caféine et de la théoton) stimulant le système nerveux central.

C'est une source de sels minéraux (fer, magnésium ...).

Le lait augmente la teneur en calcium et diminue celle du magnésium.

Il est toutefois déconseillé aux obèses et aux diabétiques, pendant les périodes de traitement.



IV.4.4 - Au delà de 70 km

Au delà de cette distance, deux possibilités en fonction du goût de chacun

 • soit grignoter tout en roulant, et en plus des aliments cités au paragraphe précédent, il est bon de manger :

 • des viandes froides

 • du fromage.

 • des sandwiches.

 • des pommes.

 • soit s'arrêter toutes les 3 heures et faire un repas quasi normal avec une préférence pour les glucides et lipides.

Méfiez vous des excès de viande et de charcuterie.



IV.5 - A la fin de l'effort:

A la fin de l'effort, c'est à dire à l'arrivée, il faut absorber une boisson contenant du glucose ce qui permet de reconstituer 80% du stock de glycogène et d'éviter le coup de pompe qui se produit après l'effort.

En pratique un quart de litre d'eau glucosée.

On peut boire :

 • de l'eau gazeuse (lutte contre l'acidité)

 • du lait écrémé (sels minéraux)

Le repas qui suit l'exercice est allégé et digeste.

Il comporte des sucres à absorption lente, peu de protéines, et des lipides.



IV.6 - Les erreurs à ne pas commettre


 • Boire une boisson glucosée en dehors de l'effort,

 • Boire une boisson glucosée en trop grande quantité d'un seul trait, Ne jamais boire plus d'un tiers ou d'un demi bidon d'eau glucosée.

 • Boire une boisson sucrée entre le dernier repas et le départ de la sortie.

 • Attendre d'avoir soif pour boire.

 • Boire glacé : la température idéale de l'eau est de 15C.



V - CONCLUSION:

En matière d'alimentation, ce qui est fondamental, c'est la nutrition à long terme qui maintient le sportif en bonne santé, couvre ses dépenses énergétiques, facilite sa récupération.

L'alimentation au cours de l'effort limite le déshydratation et retarde la baisse des réserves de glycogène.

Une alimentation équilibrée couvre à la fois les besoins quantitatifs (énergétiques) et les besoins qualitatifs (en substances indispensables).

Au cours de l'effort :

 • Il faut boire

 • avant d'avoir soif.

 • souvent mais peu.

 • de l'eau glucosée.

 • Il faut manger

 • avant d'avoir faim.

 • en évitant les aliments indigestes.





Partie I : Généralités alimentation du sportif.

Partie II : Combustibles de l'effort.

Partie III : Compensation de la perte d'eau.

Partie IV : Alimentation du sportif.




Sur le même sujet :

200 km vers les lacs de Val David

200 km vers les lacs de Val DavidDe Montréal à Val David et ses lacs, c'est un parcours vélo de 200 km et dans des paysages bucoliques, lacs, rivière, foret. De quoi se ressourcer et prendre des forces.


160 km sous la chaleur

160 km sous la chaleurDifficile 160 km de reprise avec une température proche des 30 degrés. Des arrêts non prévus pour récupérer et finalement l'allure a été bonne.


Belle à en tomber parterre

Belle à en tomber parterreElle était jolie du haut de son vélo et de ses jeunes années. Elle était jolie et m'a mis au tapis.


Randonnée d'automne

Randonnée d'automneRouler l'Automne pour se refaire une cerise des efforts sans compter de l'été. Une sortie attendue, crainte, mainte fois repoussée puis enfin désirée. Et si on la réalisait cette sortie vélo.


BRM 600 qualificatif pour PBP 2019 très technologique

BRM 600 qualificatif pour PBP 2019 très technologiqueC'est une bonne quinzaine de cyclos qui se présentent au départ du dernier brevet qualificatif de Paris Brest Paris 2019 avec le 600 km Ce brevet développe 5.200 mètres de dénivelé, il est ainsi un candidat de choix pour tester son état de forme pour se présenter honnêtement sur PBP qui compte deux fois plus de km (1200) pour deux fois plus de dénivelé (de l'ordre de 10.000 m).





Alimentation et sport

Ce dossier présente des informations sur la Nutrition dans le sport.

Il présente un dossier spécial sur l'Alimentation dans le cadre du sport.


Ce dossier est composé de trois parties qui intéresseront les sports tels que le cyclisme ou la course à pied.

 • Combustible de l'effort

 • Compenser la perte d'eau

 • Alimentation du sportif



alimentation

Alimentation

Ce dossier alimentation est complété par le Tableau des aliments, un outil de calcul du Poids idéal et un éclairage sur l'alimentation sur un 100 km avec l'exemple de préparation pour Millau. Pour les cyclistes, voyons l'exemple de l'alimentation sur un 200 km

Cette partie alimentation en sport connait des avancées, et c'est réellement la pratique sportive qui fait avancer le sujet, l'offre commerciale vient en second plan et n'est pas systématiquement recherchée par les coureurs.

Si vous avez ainsi des astuces d'alimentation dans votre pratique, proposez donc un article à l'administrateur du site