Soigner une tendinite du tendon d'Achille

Articles sport Publications Marathon


Il est des blessures qu'on laisse s'installer, non pas pour être bien certain qu'elles soient là, mais pour se dire, c'est rien ça va passer au prochain entrainement car j'ai pas si mal. Il y a mieux à faire.


Il est des blessures qu'on laisse s'installer, non pas pour être bien certain qu'elles soient là, mais pour se dire, c'est rien ça va passer au prochain entrainement car j'ai pas si mal.
Mais lorsque le tendon d'Achille est touché, c'est généralement plus sérieux que la disparition de la douleur par moment peut laisser croire.
Avec cette blessure, qui est longue a soigner, on se fait surprendre la première fois, ensuite on fait du préventif, autant que faire se peut.
C'est le coeur de cette article, qui ne se veut pas être un article médical, mais un retour d'expérience positif sur une tendinite d'Achille un mois et demi avant une course en ultra-endurance : le cent km de Millau.

Symptôme de la tendinite : la palpation douloureuse

C'est peut-être un instinct chez le coureur à pied, mais je pense que c'est plutôt un réflexe. Avant d'avoir mal quelque part, on va toucher la zone de ses mains, la palper et lorsque c'est une tendinite d'Achille le diagnostic peut-être rapide comme inexact. Rapide, car il suffit de pincer le tendon entre le pouce et le majeur pour comprendre qu'il fait mal, mais inexact car il existe plusieurs types (ou plusieurs raisons) de tendinite du tendon, dont la tendinite d'insertion, ou celle liée à une excroissance osseuse.
Dans ce diagnostic là, un retour en arrière sur les derniers entrainements permet de faire le constat qu'un entrainement sur piste suivi d'un entrainement long de 2h30 avec défaut d'hydratation suffisante explique la survenance de cette tendinite, et ce d'autant que l'autre tendon est également douloureux.

Traitement de la tendinite

Un mois et demi avant Millau, encaisser une tendinite est difficile. Le choix est fait de ne pas consulter la médecine, ni généraliste, ni spécialiste, mais d'utiliser l'expérience personnelle, enrichie d'une analyse des sujets sur le net.
Le protocole restitué ici et qui a fonctionné dans le cas présenté est basé sur les traitements suivants.
Augmentation de la quantité d'eau consommée en journée et dans les efforts longs à venir.
Remplacement des deux séances suivantes de long par du cyclisme, moins traumatisant pour les tendons.
En traitement quotidien : après chaque entrainement : glaçage du tendon durant 10 à 20 minutes (pochette de gel en veillant à ne pas bruler la peau)
Tous les soirs : MTP, protocole de stanish, glaçage.
Détail des traitements :

  • - MTP : il s'agit de Massage transverse profond. C'est une manipulation que l'on peut faire soi même. Cela consiste à masser le tendon sur un plan latéral, de manière perpendiculaire, avec le pouce. Le but est de faire rouler le tendon sous la peau, de gauche à droite et vis versa avec l'autre main. Il ne s'agit pas de masser la peau autour du tendon, mais bien de masser le tendon sous la peau. En fait, la peau sous le pouce ne bouge pas.
  • - protocole de Stanish : c'est une série d'exercice en travail excentrique, suivi d'étirement du triceps. Les exercices sont doux et progressifs.
  • - glaçage de 10 à 20 minutes.

Les deux derniers traitements sont détaillés sur ce lien externe

Alors que le cent km de Millau se déroule le samedi, les dernières douleurs au tendon étaient encore présentes à la palpation le mercredi avant la course.

Jeudi un dernier entrainement a permis de constater une absence totale de douleur ou de sensation.
Samedi le jour de la course, des échauffements habituels sont faits, puis les kilomètres s'enchainent, le semi, le marathon et même au delà. La tendinite est oubliée.

Conclusion : chaque tendinite est spécifique à chaque athlète. En fonction de la blessure, de son mode de survenance, une analyse de ce qui s'est passé, permet d'aider à ne pas se blesser plus et à prendre la blessure en compte le plus tôt possible. Dans bien des cas la tendinite est ressentie à un stade bien avancé, mieux vaut alors consulter.
Il n'en demeure pas moins que l'hydratation est très importante pour limiter la survenance de cette tendinite, de même que les échauffements permettent de limiter la survenance de déchirure, et ce plus facilement que l'on avance en age.




Article mis à jour par Janol
le 24/07/2011
Hits 53.956

Catégorie : Publication Marathon


Faites passer - Imprimer.

Voyez également nos récits de sport.

Réactions et Commentaires

Voir les 2 commentaires

Commentez cet article


Autres publications marathon

Apprendre à courir
Apprendre à courir

Comment bien courir? La course à pied n'est pas aussi ludique que dans nos souvenirs d'enfance et lorsque l'homme ou la femme veulent s'y mettre, les difficultés sont telles qu'il faut réellement re-apprendre à courir.
(écrit le 17/06/2012 - lu 111.001 fois)


Contracture au mollet
Contracture au mollet

Lorsque l'on a une contracture au mollet, que peut-on faire ? Continuer à courir et risquer la déchirure ou consulter et diagnostiquer l'origine du mal.
(écrit le 01/10/2011 - lu 65.788 fois)



Pagination :  2 suivants