Grimpée du Ventoux

Running Recits

Grimpée du Ventoux


Depuis Fontaine de Vaucluse le 17 Avril 2009.

C'est toujours une aventure que de gravir le Mont Ventoux, si ce n'est sur un plan humain, c'est souvent sur un plan physique car le défi est tout le temps présent.


Cyclotourisme au Ventoux

Après le week-end Pascal et l'ascension de la Sainte Baume sur 110 km, c'est donc le Ventoux qui s'est présenté. Alors que la chaleur de Marseille permet de rouler en Avril en cuissard court et manches longues, pour le Géant de Provence en ce début de printemps, il convient de se vétir plus chaudement.
C'est donc dans la même tenue du week-end de Paques à Marseille que je me pose de sérieuses questions sur le comment s'habiller. Coté gants, surchaussures et collant long, je ne suis pas équipé en cette période de vacances, seul un tee-shirt technique supplémentaire va me permettre de tenter le diable. La nuit précédant cette sortie, j'ai été hanté de froidure, de fin de col dans l'adversité et le froid glacial, de descente en freinant avec les pieds, faute de mains en état correct pour freiner normalement.

La seule montée autorisée est coté Chalet Reynard, car via Malaucène la neige est encore présente. Le départ de cette sortie se fait à Fontaine de Vaucluse, lieu de villégiature du moment. Bédoin n'est qu'à 30 km et permet un bon echauffement avec notamment la montée vers Saumane et son château. De là le Ventoux enneigé est visible, il est même couvert de nuages, augurant une montée dans le brouillard ainsi qu'une froide descente. Enfin nous verrons bien, pour l'instant malgré le grand ciel bleu, le matin est frisquet.

Avant d'arriver a Bédoin, il y a quelques villages à traverser via des routes bien tranquilles Roques s/ Pernes, Saint Didier, Mazan, et le premier panneau indiquant Bedoin apparait, plus tard les panneaux indiqueront Le Mont Ventoux. La stèle en hommage a René Viéto est si tôt depassée que les choses sérieuses commencent, un dernier virage à droite et nous voila sur la route du Géant de Provence : la départementale D974. Deux dernières petites communes sont traversées avant d'attaquer la route pentue, celle qui fait que la vitesse tombe de 20 à 12 km/h. Dés les premiers hectomètres, un panneau annonce que le col est fermé, et que la route est ouverte jusqu'au sommet. Conclusion : je redescendrais par Malaucène une autre fois.

Le Mont-Ventoux - la montéeLes premiers kilomètres sont assez difficiles avec un pourcentage autour de 10 %. Il n'y a pas de lacets, mais de longues lignes droites, le braquet du moment : 32 x 21.
Après le passage à 10 %, le 32 x 20 passe avec un pédalage bien en rond. Tiens, une déneigeuse descends du sommet, elle n'est surement pas montée pour rien.
Quelques virage et c'est le Chalet Reynard qui s'annonce, sur la droite la route venant de Sault nous rejoint. Le sommet est désormais à 6km, mais le plus facile n'est pas derrière nous. Le soleil ne brille que par intermitence dans les nuages, et j'attends le premier virage pour sentir la présence du vent. Je rattrappe deux vvtistes venus du Mans et grimpant le géant par la route. La montée ira ainsi plus vite en échangeant quelques mots sympathiques devant la beauté de l'effort présent. C'est leur première montée et ils en prennent plein les mirettes dans ce décor de Lune enneigée. Les lacets sont longs en cette fin de cols, et plus on monte, plus la pente semble raide. Dans le dernier lacet, l'instant de quelques minutes, nous sommes dans les nuages.

Mont VentouxLe sommet est là après un dernier effort. Sans les nuages, on pourrait voir la Méditerannée, Marseille ... Il n'y a pas de vent, ce qui permet de discuter le coup avec les cyclistes et marcheurs du moment. Le Ventoux a quelque chose de magique, car sans l'effort nécessaire à ce moment, nous ne nous serions à peine dit bonjour.

Puisque la descente via Malaucène est fermée, je fais faire un demi-tour à mon destrier, je glisse quelques feuilles de journal sous le maillot, ferme les maillots jusqu'en haut et c'est parti !
50 km/h, 60 km/h oui mais quel froid, les doigts sont rougis, mais freinent encore sans problème. Passé le Chalet Reynard l'atmosphère se réchauffe, et la descente grisante mobilise tous les muscles du corps. Arrivé à Bedoin, je décide de poursuivre vers mon lieu de départ mais avec une difficulté en plus. Ce sera Vénasque, le col de Murs à 620 mètres, puis Gordes. Gordes est un exemple caractéristique d'investissement immobilier. Selon l'adage qui dit qu'il faut investir dans la pierre, à Gordes, ils font cela depuis des générations. Plus loin, le village des Bories est là, c'est la version primitive de l'application de l'adage, avec une certaine réussite économique, mais alors uniquement touristique. Après Gordes, ce sera Cabrières puis Fontaine de Vaucluse, le point de départ de cette sortie.

130 km ont été parcourus en 6h00, c'est long, mais avec ces délices de Provence là, qu'est ce que c'est bon !

Ce récit est également présenté via la Carte du Parcours du Ventoux


Partagez cette page :




Envoyer cette page par e-mail



@




Randonnée

Collioure Cadaqués : Banyuls sur Mer - Collioure

Comme le bouquet final d'un feu d'artifice, ce Roses Collioure en randonnée pédestre se termine par une explosion des sensations. L'arrivée depuis la Tour de Madeloc avec le soleil, les couleurs, l'approche intimiste de Collioure, c'est un final en apothéose. Commencer cette randonnée par Collioure, aurait été comme commencer un repas par le dessert.


Collioure Cadaqués : Cerbère Banyuls sur Mer

Avant dernier jour de randonnée et arrivée sur Banyuls sur Mer après une traversée de vignobles, de cols et de sites rappelant l'histoire et les traditions locales.


Collioure Cadaqués : Llançà - Cerbère

Au 4ème jour de randonnée, c'est le passage de la frontière espagnole et l'arrivée sur Cerbère. De belles photos et des pages d'histoires se tournent au fil des paysages colorés.


Collioure Cadaqués - El Port de la Selva - Llançà par le sentier côtier.

Au troisième jour de randonnée entre Roses et Cadaqués, c'est la pluie qui s'invite et donne à la journée d'autres couleurs. Le littoral vers la Llançà a tout de même un intérêt et la destination de la journée rappelle des souvenirs.


Collioure Cadaqués randonnée jusqu'à El Port de la Selva

Au second jour de randonnée, Philippe quitte le port de Cadaqués. La journée sera riche en couleurs avec un paysage minéral et maritime de toute beauté. Découverte du phare du parc naturel de Cap de Creus et des étonnantes cabanes en pierre sèche.


Webzine loisirs : Récits de cyclisme, course à pied, raids, randonnée

Cyclisme et cyclotourisme

Grimpée du Ventoux

Grimper le Géant de Provence lorsqu'il est enneigé, un délice de Provence

Luberon et Sainte Victoire sous le vent

Un Tour du Luberon version Mistral.

Esprit Club es tu là ?

Observer un club de l'intérieur

Sur les traces de Michel Strogoff

Annonce de l'association Sur les chemins du monde pour la traversée de l'Europe de Brest à Vladivostok en vélo

De l'individualisme et de ses ennuis

Rouler seul ou bien rouler en club ?

Ces messieurs

Souvenirs à velo

Termes Nostalgiques

8 kilomètres de montée entre copains

Bilan de santé

Vélo et Triathlon font bon ménage

Paris Brest Paris ou la grande aventure

: 1.200 km en vélo, raconté par une cyclote

Récit de cyclocamping

Voyage en italie et qui aurait pu mal finir.

Course à pied

Participer à Marseille Cassis

Marseille Cassis : LE semi-marathon de provence

Paris versailles

le rallye pédestre de Septembre

Millau Marathon le récit

Millau : le 100 km est en vue, et comment !

40 km pour préparer Millau

Un marathon pour préparer une course

Le Millau du Coeur et des larmes

Millau, après la préparation, la course !

Raids et trails

La Fortiche

Fortiche : le trail