Corse du gite de Tuarelli refuge de Puscaghia

  1. Running >
  2. Articles sport >
  3. Publications Randonnee

logo corse

Cap au Sud-Est sur cette étape vers le Refuge de Puscaghia. Les difficultés sont toujours présentes et relatives à la pente des cols, mais toujours accompagnées de paysages à couper le souffle, tout comme les cols d'ailleurs. Les refuges donnent peut-être même un gout de paradis. Etape de sensations.



Samedi 20 Septembre 2008

Une vache a ce matin, brouté les fleurs, causé quelques dégâts et laissé sur le carrelage de la terrasse les résidus de ses repas. Nous déjeunons sans avoir froid par 11 degrés C.
Le cuisinier du gîte cuit les nouilles de mes acolytes et les met dans leur thermos.

Vallée du FangoNous partons à 7h40. Avant hier c'était rouge et blanc, puis jaune, hier orange, aujourd'hui orange et violet car nous mixons plusieurs sentiers pour notre itinéraire.
Dès le départ nous nous retrouvons dans une coulée du maquis de moins en moins large et de moins en moins haute. Heureusement cela ne dure pas.
Le chemin longe ensuite le Fango entre les champs et l'étroite ripisylve. Nous passons Manso. Nicole nous fait faire quelques pas d'escalade sur les dalles surplombant la rivière suite au ratage de quelques balises. Nous retrouvons vite le sentier quelques mètres au dessus.
Les champs sont clôturés de murets faits en galets. Certains suivant l'exposition sont couverts de mousse.

Ruisseau du CandelaNous arrivons devant le ruisseau de Candela. Les eaux, à cause des dernières pluies, ont monté. Le passage à gué est impossible devant la largeur et le débit du torrent.
Nous cherchons un passage propice. Nous trouvons un endroit où la rivière est divisée en deux par une île. Nous nous résolvons à quitter nos chaussures pour traverser. Les cailloux sont bien rugueux, il y n'y a ni mousse ni algue. L'eau est fraiche et c'est une première expérience. Descendant le cours le long de la rive opposée nous retrouvons le chemin balisé au niveau d'une ancienne passerelle ruinée.

Nous montons à Mont Estremo où, croisant la camionnette de l'épicier ambulant, il me dit ne pas avoir de croissants. En haut du village, nous découvrons de vieilles maisons en ruine dont les cloisons intérieures sont en torchis sur lattis. Nous voyons que la vie fût présente ici. Il reste des treilles le long des murs, des oliviers et des jardins clos en friche. Puis la montée sur l'ancien couvent Santa Maria se fait à l'ombre. Nous croisons quelques beaux châtaigniers et un vieux four.

Je montre à Jacky le trou du Tafunatu. D'ici il ressemble à une voiture de profil. Nous traversons le Fango. Ripant sur le rocher humidifié par le passage de Nicole, Jacky se blesse légèrement le genou. A partir de là, le sentier devient bien plus montagnard avec quelques murs pour le soutenir. Nous retrouvons une large piste, sentier de transhumance entre le Niolu et le Filosorma, elle monte au Col de Capronale.
Les passages de torrent sont dallés, les virages bien tracés avec de beaux murs, une rigole longe le pied du talus canalisant l'eau, évitant le ravinement et le descellement des pierres. Le sommet du mur aval est recouvert de belles pierres d'arase. Quelques torrents plus importants sont même canalisés sous la chaussée et traversent la piste.
Nous déjeunons sous un beau chêne vert. Le chemin grimpe maintenant à flanc de montagne. Nous croisons un chasseur prénommé Paul, qui revient bredouille de la chasse au sanglier sur les crêtes. Il nous demande de porter le bonjour à Dume Fiori, le gardien du Refuge de Puscaghia.


Bocca di CapronaleNous poursuivons l'ascension. C'est extraordinaire de voir cette construction de génie civil : dallages, pavages, murs avals pour soutenir la chaussée. Doublant des vaches, le sentier devient aérien maintenant. C'est fabuleux, nous avons l'impression de monter vers le ciel tellement il s'accroche à une pente vertigineuse. Le gardien nous racontera qu'il fût fait sous Napoléon III par des bagnards et que sa réhabilitation (plutôt légère) par deux ouvriers pendant trois semaines coûta 160 millions de francs. Cherchez l'arnaque.


Bergeries de PuscaghiaLes anciennes bergeries occupées par le gite sont magnifiquement restaurées, avec murs en pierre et toit en terre. L'Europe a financé la moitié de la réhabilitation de ces bâtiments qui servaient de halte sur les deux jours que durait la transhumance. Propriété de la commune d'Evisa, elles sont ouvertes et gardées d'avril à novembre. L'environnement est parfaitement entretenu avec pelouse et aire de bivouac sans cailloux.
Nous discutons longtemps avec le gardien sur les autres sentiers à faire dans un prochain futur. Il connait Charles Pujos qui est passé en famille ici il y a juste un an, avant la parution de son dernier livre sur la Corse (Treks en Corse). Il jette un peu l'anathème sur Alain Gauthier lorsqu'on lui dit avoir rencontré Quilici avec qui il avait écrit "les lacs de Corse". En effet, dès que l'on parle à Gauthier d'un sentier, ce dernier s'empresse d'en faire un livre, donc de l'argent.


Refuge de PuscaghiaLes douches s'ouvriront vers 18h00 avec l'eau chaude du panneau solaire. Très bonnes. Trois mouflons descendent brouter les feuilles des ronces et d'un pommier sauvage : un mâle, une femelle et un jeune d'un an. Il nous explique que fréquemment il y en a plus qui viennent brouter ici et que les sangliers sont fréquents à passer ici.

Nous dinerons en extérieur sous un ciel rougeoyant puis étoilé, d'une très appétissante salade de tomates, de spaghettis bolognaises, de fromage et d'une crème dessert avec chantilly et canistrelli, en compagnie de deux brestois. Excellent.

La fraicheur tombant, nous décidons vers 9h00 de nous coucher. Demain petit déjeuner 7h15. Nous finirons la soirée en discutant de son futur équipement internet haut débit. Un anglais cherchait un endroit pour tester le haut débit loin de tout et l'expérience va servir au refuge. Car après y être monté, et avoir bien festoyé et bu, il signa la convention pour y installer l'équipement. Seule peut-être la puissance de l'installation photovoltaïque sera limitée et fera défaut.

A suivre vers Ota


Philippe CHOPIN


Les étapes Corse :
Ile de Corse1 - Grotelle Manganu
2 - Gite Castel du Verghio
3 - Refuge de Tighiettu
4 - Haut Asco
5 - Refuge de Carozzu
6 - Refuge de Bonifatu
7 - Gite de Tuarelli
8 - Refuge de Puscaghia
9 - Ota
10 - Serriera
11 - Golfe de Girolata
12 - Galéria
13 - Calvi


La technique :

- Matériel de randonnée en corse




Article mis à jour par Philippe CHOPIN
le 10/11/2009
Hits 8.262

Catégorie : Publication Randonnee


Faites passer Imprimer

Voyez également nos récits de sport.

Commenter cet article

Pseudo
Adresse e-mail
Titre du commentaire
Commentaire